Canchon à Rouland

De Wikipedia
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Çt'artike-cite fut cmenché en rouenneis Blason Rouen 76.svg
Rouland est mort, os veit sa cône dans laqueule il a soufflè pour appeler à l'ayde.
« Dient Franceis : "Mult decheent li nostre" »
(Disent les Franceis : "Les nôtes sont rudement déchus")
— Canchon Roland

La canchon à Rouland est eune œuve littéraire franceise qui fut écrit en vieux normand à la fin du XIIe et oû cmenchement du XIIIe sièke. A fut la permière canchon d’prouêche dans l’histouère ed la langue franceise et d’la langue normande, mais itou la permière manifestation évidente ed la naîtèye d’un sentiment national dans l’Réyaume des Francs, la naîtèye du sentiment national franceis (el texte est rythmé pâ la phrase « Dulce France », la douce France).

Estrait[amendaer | modifier le wikicode]

Texte d'origène en vieux normand :
Carles li reis, nostre emperere magnes
Set anz tuz pleins ad estet en Espaigne :
Tresqu’en la mer cunquist la tere altaigne.
N’i ad castel ki devant lui remaigne ;
Mur ne citet n’i est remés a fraindre
Fors Sarraguce ki est en une muntaigne.
Li reis Marsilie la tient, ki Deu nen aimet
Mahumet sert et Apollin recleimet
Nes poet guarder que mals ne l’i ateignet.

Ertraduction en normand d'Rouen :
Carles el rei, note grand empereux
Sept ans tous pleins à ‘té en Espagne :
Tant qu’en la mer cocquit la haute terre.
N’y a câtel qui dvant li rmaigne [dmeure]
Mur ni citèye n’y est dmeuré à freinde
Sauf Saragoche qu’est en eune montagne.
El rei Marsile la tient, qui n’aime Dieu
Mahomet sert et pis Apollon réclame [invoke]
N’ès peut garder qu’mal èn li atteigne.