Caunchoun à Roulaund

De Wikipedia
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Chût article fut coumenchié en normand bel-écrit Inkwell icon - Noun Project 2512.svg
Roulaund est mort, nos veit sa cône dauns laquelle il a soufflé pour appeler à l'ayde.
« Dient Franceis : "Mult decheent li nostre" »
(Disent les Fraunceis : "Les nôtres sount en grave décayaunche")
— Caunchoun à Rolaund

La caunchoun à Roulaund est eune œuvre littéraire fraunceise qui feut écrite en vieux normaund à la fin du XIIe et pis oû coumenchement du XIIIe siècle. Alle feut la prémière caunchoun de prouêche dauns l’histouère de la laungue fraunceise et pis de la laungue normaunde, mais itout la première manifestatioun évidente de la naîté d’un sentiment natiounal dauns le Reyaume des Frauncs, la naîté du sentiment natiounal fraunceis (le texte est rythmé par la phrase « dulce France », la douche Fraunce).

Estrait[amendaer | modifier le wikicode]

Texte d'origène en vieux normaund :
Carles li reis, nostre emperere magnes
Set anz tuz pleins ad estet en Espaigne :
Tresqu’en la mer cunquist la tere altaigne.
N’i ad castel ki devant lui remaigne ;
Mur ne citet n’i est remés a fraindre
Fors Sarraguce ki est en une muntaigne.
Li reis Marsilie la tient, ki Deu nen aimet
Mahumet sert et Apollin recleimet
Nes poet guarder que mals ne l’i ateignet.

Retraductioun en normaund de Rouen :
Carles le rei, noûtre graund empereux
Sept auns tous pleins à été en Espagne :
Jusqu’en la mer counquit la haute terre.
N’y a câtel qui devaunt li remaîne [demeure]
Mur ni chité n’y est demeuré à freinre [brisier]
Sauf Saragôche qui est dauns eune mountagne.
Le rei Marsîle la tient, qui n’aime Dieu
Mahoumet sert et Apolloun réclame [invoque]
Ne se peut garder que le mal ne l'y atteîne.