Divène Coumédie

De Wikipedia
Aller à la navigation Aller à la recherche
Dante tenant sen liv'e devant l'Enfé' (à senêt'e), le Purgatouère (oû cent'e) et pis le Paradis (à dêt'e).

La Divène Coumédie est un long pouème écrit en vers hendécasyllabiques pa' le pouète touscan médiéva' Dante Alighieri, selon les espécialistes ent'e 1304 et 1321.

La Divène Coumédie est r'couneue coume le pouème épique centra' de la littérature italienne et coume eune des œuv'es mayeures de la littérature mondiale. La vision imaginative et allégorique du deveni' des âme amprès la mort fait itout de la Divène Coumédie eune soume de la philosophie médiévale telle que développèye pa' la théologie catholique romaine.

Oû surpus de cha, la Divène Coumédie fut l'œuv'e qui, pour le dire d'ité', établit le dialecte flourentin coume langue de l'Italie.

Enfé'[amendaer | modifier le wikicode]

La première page de la Divène Coumédie dans un manûcrit médiéva'.

Coumenchement de la Divène Coumédie :

Nel mezzo del camin di nostra vita
Mi ritrovai per una selva oscura
Che la diritta via era smarrita,
Ahi, quanto a dir qual era è cosa dura !

Traduction en normand :

Oû mitan du quemin de notre vie
Je me retrouvai par un boués oscur
Car la dreite veie était fourvéyie
Ah coume à dire ch'est cose dure !

Cant I : Virgile pou' guide[amendaer | modifier le wikicode]

Le narrateu' se trouve dans un boués oscur, emprès un lac, et il est assauté de par un liopard quand le pouète romain Virgile vient l'en sauver. Virgile li propose d'êt'e sen guide dans la visite de l'Enfé', le narrateur acchepte.

Cant II : Eune mission d'en-haut[amendaer | modifier le wikicode]

Le narrateu', prins pa' la poû', doute. Virgile, pou' li redouner du courage, li dit que ch'est sainte Biatriche qui, à la demande de sainte Luchie et, pus haut, de la bouenne Vierge lei-meîme, qui l'a mandé pou' le sauver li, narrateu'. À l'apprenre, chu derain s'en r'devient cœuru.

Cant III : Les pusillanèmes[amendaer | modifier le wikicode]

En queminant devers Charon, le passeu' vers les cherc'es de l'Enfé', le narrateu' découv'e la foule des pusillanèmes, ch'teux qui ne furent ni bons ni mauvais mais furent trop maucœurus pou' jamais avei' fait grand de quei, et qui se retrouvent exilés illeu', en viage vers l'Enfé' pou' l'éternité, sans auqueune d'espérance. I' ne s'en furent pas oû Paradis et leu' manque de courage ne leu' valut brin nenni d'avei' l'espérance d'êt'e appelés oû Salut, fait que le Purgatouère ne fut mèche leur en dreit nitout. I' furent les tièdes du liv'e de l'Apocalypse, les siens qui ont jà prins leu' récompense et ne se dounirent mais de ma', et que Dieu ne voulit mèche car i' furent trop fades et égouïstes. Le narrateu' et Virgile s'embarquent su' la galliote pour avein're le premier cherc'e de l'Enfé'.

Cant IV : Premier cherc'e, les Limbes[amendaer | modifier le wikicode]

Dante et Virgile arrivent dans la vallèye des Limbes yoù demeurent les âmes ès siens qui mourirent sans avei' mèche été baptisiés. Adon' qu'i' sont à marchier liement, Virgile li dit que seu's quièques-uns illeu' furent sauvés pa' le Bon Dieu, avant tout des persounages de l'Anchien Testament : Moïse, Abel, Noué, Abréham, Davi'.

P'tit temps après, poursûsant leu' viatique, i' veient quat'e persounes en meins paour cas que les aut'es, réeunis ensemble à part yeux à l'entou' d'un bon fû. Virgile dit oû narrateu' que che sont là ses compagnons, et que ch'est leu' glouère ouprès des vivants qui leu' vaut chu traitement de faveu'. Les quat'e sont : Houmère, Hourache, Ouvide et Lucain, èsquié's Virgile deit êt'e ajouent. Le narrateur et Virgile s'avanchent et le groupe fait l'houneur oû premier de pren're part à leu' conversation et de veni' pren're caire d'ot yeux (ichi, Dante se plèche li-meîme sous le patrounage de ches chin' grands auteu's classiques). Dante, en prêchant d'ot ches sages, est réhauchié à leu' livel et il aveignent à un nob'e câté' cherclé pa' sept remparts qui paraît devant yeux (venimmo al piè d'un nobile castello, sette volte cerchiato d'alte mura), eune image du câté' de la sagesse que nos ne peut avein're mais que pa' les sept enseignements de la sagesse ou co' pa' les sept vertus classiques. Yens, d'aut'es grands personages illûtres jouissent d'un miot de tranquillité dans chu séjou' des Limbes. Le narrateu' fait mention d'eune palanquie, des uns persounages historiques (Jules Chésa' par exemple), des aut'es héros classiques (Énèye, Hector). I' veit itout le maît'e de ch'teux qui furent savants en philosophie, ch'est-à-saveir Aristote, emprès li bien des aut'es (Soucrate et Platon oû premier rang, Démocrite, Sénèque, Thalès, Avichenne et Averrouès, etc.). À la fin du cant, Virgile et le narrateu' deivent quitter chu hav'e de quiétude et pis r'deschend'e pou' continuer leu' viage en Enfé'.

Cant V : Second cherc' e, les concupischents et Paolo et Francesca[amendaer | modifier le wikicode]

Amprès avei' quitté ches hauteu's philosophiques, nos deux compères s'en arrivent oû second cherc'e de l'Enfé', pus bas et étreit, yoù Minos accueut les âmes ès siens qui caient en Enfer et les allotit ent'e les différents cherc'es sûsant leu's péquiés pou' qu'il y seient tourmentés en accordance. Amprés cha, Virgile et Dante veient les siens qui soumînt'ent leu' raison à leu's passions (enno dannati i peccator' carnali / Che la ragion sommettono al talento), et nos veit ent'e bien des aut'es Cliopatre et Didon, l'épouse d'Énèye qui s'occhisit par amou'. I' veient ensûte Paolo et Francesca, deux amants qui furent occhis pa' le mari à Francesca qu'était itout le frère à Paolo. Le narrateu' faillit d'émotion.

Cant VI : Tiers cherc'e, les gloutons[amendaer | modifier le wikicode]

Amprès s'êt'e r'mins de ses émotions, le narrateu' poursût sen viage oû tiers cherc'e yoù, pataugeant dans eune orde boerie sous les abouêments de Cherbère, gisent les âmes ès siens qui furent gloutouniers. Le narrateur y r'counaît eune pauvre âme qui le hêle : ch'est Ciacco, un nob'e Flourentin. Amprès avei' devisié p'tit temps d'ot li, le narrateu' s'enquiert ouprès de Virgile de cha qu'il en avien'ra de ches âmes oû moument de la fin des temps, et Virgile li répond selon la conception d'Aristote r'prinse pa' saint Thoumas d'Aquin oû sièc'e préchédent : il airont de pus grands tourments enco' ca', l'houme étant le pus parfait quand sen corps est en adéquation d'ot s'n âme, les siens qui eurent mauvaise vie deulent pou' l'heure dans leu's âmes mais doudront itout dans leu's corps amprès le Derain Jugement, à la fin des temps, quand aira lieu la Résurrection des corps et la réeunification des âmes d'ot leu's corps. I' doudront co' dans leu's âmes qu'à ch'te douleu' vien'ra s'ajouen're les souffrances de la mésharmounie ent'e leu' corps et leur âme.

Cant VII : Quatrième et chinquième cherc'es, les avares pis les couléreux[amendaer | modifier le wikicode]

Pluton, que Dante confondait coume tout houle oû Méyen Âge aveu' le dieu gré' des ricquèches (ploutos vieut dire ricque en gré'), accueut le narrateur et sen guide dans le quatrième cherc'e yoù gisent les âmes ès siens qui furent pleins d'avariche, ch'teux-chi qui « pa' ma' douner et mal aveir ont perdu le monde bel et qui furent manièrement rendus à se quereller et à gein're » (Mal dare e mal tener lo mondo pulcro / Ha tolto loro, e posti a questa zuffa). I' veient ches pauvres âmes aller et venir en trayant amprès yeux des biens et en grignant et geignant qu'i' n'ont pouent assez et qu'il y a co' d'excès de gâchis.

Amprès êt'e passés ent'es ches âmes tristes, nos deux héros veient les âmes couléreuses qui se déchirent leu's corps et s'encoulèrent vainement, éternellement.

Cant VIII : Chinquième et sixième cherc'es, coumenchement du bas Enfer à la Chité de Dis[amendaer | modifier le wikicode]

Amprès avei' passé les couléreux, Virgile et Dante s'en viennent oû pied d'eune haute tou'.