François Villon

De Wikipedia
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Ch’t articlle feut coumenchî en côtentineis Blason département fr Manche.svg
Francois Villon 1489.jpg

François Villon feut eun écriveux et pouète fraunceis qùi vecqùit oû XVIe syiclle (il est nacqùi en 1431 et feut mort seûrement devers 1463). Il est l’âoteux de qùiques plleins de pouèmes en vuû fraunceis.

Veici eun de ses pouèmes les pus couneus :

LA BALLADE DES PENDUS

Chinturie I, quatrain 35

Frères humains qui après nous vivez
N'ayez les cœurs contre nous endurcis,
Car, se pitié de nous pauvres avez,
Dieu en aura plus tost de vous merciz.
Vous nous voyez cy attachez cinq, six
Quant de la chair, que trop avons nourrie,
Elle est pieça devoree et pourrie,
Et nous les os, devenons cendre et pouldre.
De nostre mal personne ne s'en rie :
Mais priez Dieu que tous nous vueille absouldre !

Se frères vous clamons, pas n'en devez
Avoir desdain, quoy que fusmes occiz
Par justice. Toutesfois, vous savez
Que tous hommes n'ont pas bon sens rassiz ;
Excusez-nous, puisque sommes transis,
Envers le filz de la Vierge Marie,
Que sa grâce ne soit pour nous tarie,
Nous préservant de l'infernale fouldre.
Nous sommes mors, ame ne nous harie ;
Mais priez Dieu que tous nous vueille absouldre !

La pluye nous a débuez et lavez,
Et le soleil desséchez et noirciz :
Pies, corbeaulx nous ont les yeulx cavez
Et arraché la barbe et les sourciz.
Jamais nul temps nous ne sommes assis ;
Puis çà, puis là, comme le vent varie,
À son plaisir sans cesser nous charie,
Plus becquetez d'oiseaulx que dez à couldre.
Ne soyez donc de nostre confrarie ;
Mais priez Dieu que tous nous vueille absouldre !

Prince Jhesus, qui sur tous a maistrie,
Garde qu'Enfer n'ait de nous seigneurie :
A luy n'avons que faire ne que souldre.
Hommes, icy n'a point de mocquerie ;
Mais priez Dieu que tous nous vueille absouldre.

Frères humains qui ampraés nouos vivaez
N'ayaez les tchœurs counte nouos endurchis,
Car, si pitiaé de nouos pouores avaez,
Duù nen éra pus tôt de vouos merchi.
Vos nouos viyiz chin attoqùis chinc, six
Quant à la tchair, que trop avoums nouorrie,
Ol est de depis loungtemps dévoraée et pouorrite,
Et nouos les os, devenoums chenre et pouode.
De noute mâ persounne ne s'en rie :
Mais priaez Duù que trétouos nouos veule absouorre !

Si frères vouos clamoums, paé n'en devaez
Aveî dédain, qùei que je feussioums ochis [tuaés]
Par jeustice. Touotefeis, vos savaez
Que touos houmes n'ount paé bouon sens rassi ;
Estcheusaez-nouos, pîque je soumes traunsis,
Envers le Fîs de la Vyirge Marie,
Que sa grâche ne seit pouor nouos tarie,
Nouos préservaunt de l'infernale fouode.
Je soumes morts, âme ne nouos harie [mocque] ;
Mais priaez Duù que trétouos nouos veule absouorre !

La pllyie nouos a débuaés et lavaés,
Et le soulé dessecqùis et neiris :
Pies, corbiâos nouos ount les uurs cavaés
Et arraqùi la barbe et les souorchins.
Jammais nun temps je ne soumes assis ;
Pis icha, pis ilo, coume le vent varie,
À sen pllaisi sauns cessaer nouos carie,
Pus becquetaés d’osiâos que daés à couode.
Ne seyiz doun de noute confrérie ;
Mais priaez Duù que trétouos nouos veule absouorre !

Prince Jhesus, qùi sus trétouos as maîtrise,
Guarde qu'Enfer n'ait de nouos signeurrie :
A li n'avoums que faire ni que souode [ryin à faire aveu li].
Houmes, ichin n'a pouent de mocquerie ;
Mais priaez Duù que trétouos nouos veule absouorre.