Lé vent et l'solé

De Wikipedia
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Ch't' articl'ye fut c'menchie en Jèrriais Jèrriais
Lé vent n'pouvait pon êrachi la câsaque
Lé viageux avait si caud qu'i' halit sa câsaque

Lé vent et l'solé est eune vielle fabl'ye.

Un bieau jour, lé solé et l'vent eûtent êbèrgot - i' n'arrivîtent pon à lus entr'-accorder létché des deux 'tait l'pus fort. Et né v'là un viageux tchi faîthait san c'mîn avaû la route. Lé viageux portait eune câsaque, et lé solé et l'vent décidîtent qué l'chein tchi mênagit d'êrachi la câsaque des êpaûles du viageux s'sa sans autchun ardgument lé pus fort. Bein, pouor c'menchi lé vent êprouvit: i' ventait, i' ventait pus dû, i' faîthait eune dgêle, i' ventait la pé du dgiâbl'ye, i' ventait la pé d'un orîngna... mais l'viageux s'enfliubit pus snoguement qu'janmais dans sa câsaque. Lé vent n'pouvait pon êrachi la câsaque et eut à r'nonchi. Et pis ch'fut l'tou au solé. Lé solé lithait, i' lithait pus caudement, i' faîthait eune arsion, et l'viageux suait et suait et avait si caud qu'i' halit sa câsaque. Et né v'là coumme tchi qu'lé solé gângnit.