Olivier Basselin

De Wikipedia
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Chût article fut coumenchié en normand bel-écrit Inkwell icon - Noun Project 2512.svg

Olivier Basselin, qui nâquit à Vire en 1403 et mourit dauns chûte même ville en 1470, feut un poète populaire normaund de la fin du Meyen-Âge. Il possédeit un moulin dauns le Vau-de-Vire (itout appelé Vaudevire ouben Vaux-de-Vire oû XVe siècle) et éteit fouloun de sen état. Il écrivit pusieurs caunchouns à beire poétiques. Ch'est sen coumpatriote Jean Lehoux qui le fit mieux counaître en 1610 mais qu'il publiît ses poèmes d'ot quieuques-uns à li dauns un recuel, le Livre des Chants nouveaux de Vaudevire, chût recuel du succès et baillit sen noum à un genre théatral dauns la littérateure fraunceise, le vaudeville.

Sa vie[amendaer | modifier le wikicode]

Orène[amendaer | modifier le wikicode]

Chût poète normaund du coumenchement du XVe siècle éteit fouloun en draps de sen état. Chût genre d'industrie sera cor oû centre de la vie du Vau-de-Vire jusqu'oû XIXe siècle et la traditioun locale sait cor oû jour d'enhî eyoù se trouveit le moulin-à-foulin à Basselin, de quei il viveit et eyoù il demeureit. Chût moulin souleit aveir noum Moulin-Basselin (nos peut cor en veir les ruènes, ch'est le moulin pus près des Vaux, en-dessous le côtel ès Cordeliers).

Caunchouns à beire[amendaer | modifier le wikicode]

Basselin, que nos seurnoumeit de féchoun familière le « boun houme », coume tous les gens empreints de bounhoumie, éteit un Normaund qui aimeit le vin, le beire et les plaisirs de la maungeâle. Coume le dit Louis Dubois pour le vau-de-Vire XXIII à Basselin : « En chût temps, les Normaunds ne se veyeient bren cor coume des des Fraunceis, même si que de depis Phelippe Auguste, la Normaundie feût été réeunie à la couroune de Fraunce » et pus louen pour le vau-de-Vire II à Jean Lehoux : « En Normaundie, nos ne se veyeit bren cor coume faisaunt partie du Reyaume ». Chût poète, travailleux coume le feut de depis Adam Billaut, est le premier à aveir coumposé des caunchouns de table dites bachiques dauns un siècle eyoù nos ne counaisseit cor mais que les fabliaux et autres pièches qui aveient seit l'amour seit la dévotioun religieuse coume objet.

Les caunchouns à beire sount ensieute devenues un genre typiquement normaund qui s'est éloungié jusques dauns la littérateure normaunde d'achteur. Nos les a vîtement appelèyes vaudevire, du noum du Vau-de-Vire. Ch'est en teurtaunt chût mot par mégarde que Jacques de Caillères féchounit le mot vaudeville en 1690, qui endite un genre des belles-lettres fraunceises des XVIe et XVIIe siècles.

Coumplainte normaunde d'eun incouneu (aumprés 1450)[amendaer | modifier le wikicode]

Hellas ! Ollivier Basselin,
N'orrom nous poinct de vos nouvelles ?
Vous ont les Englois mys à fin ?

Vous souiliés gaiement chanter
Et démener joyeuse vye,
Et les bons compaignons hanter
Par le pays de Normandye.

Jusqu'à Sainct-Lô, en Cotentin,
En une compaignye moult belle
Oncques ne vy tel pellerin

Les Engloys ont faict desraison
Aux compaignons du Vau de Vire
Vous n'orrez plus dire chanson
A ceulx qui les soulloient bien dire

Nous priron Dieu de bon cueur fin
Et la doulce Vierge Marie
Qu'il doint aux Engloys male fin.
Dieu le Père si les mauldye !

Hélas ! Olivier Basselin,
N'ouïroums-je pus de vous nouvelles ?
Vous ount les Aungleis mené à voutre fin!

Vous souliez gaiement chaunter
Et mener jouéyeuse vie,
Et les bouns coumpagnouns haunter
Par le pays de Normaundie.

Jusqu'à Saint-Lô, en Cotentin
En eune coumpagnie reide belle
Ounques ne vit un pèlerin d'itel.

Les Aungleis ount fait déraisoun
Ès coumpagnouns du Vau de Vire
Vos n'ouïrez pus dire caunchoun
Ès cheux qui les souleient bien dire.

Je prioums Dieu de boun cœur fervent
Et la douche Vierge Marie
Qu'il doune ès Aungleis male fin.
Dieu le père ainchin les maudisse !