Parabole des dîs jannes files

De Wikipedia
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Ch’t articlle feut coumenchî en côtentineis Blason département fr Manche.svg

La parabole des dîs jannes files ou parabole des dîs vyirges est eune parabole à l'Évaungùile à Matthuu. O fait partie du Sondergut de ch’t Évaungùile et o met en image l’appé de Jésus-Chrît à suure ses paroles et à ête attentî duraunt touote sa vie (à ête « préviyaunt » ou « byin-penseux » coume les jannes files byin-penseuses qùi ount prévue de l’huile). Ch’est eun appé à ne paé se laissi allaer et à pensaer ou Reyoume des Cyils pouor ne paé ête prins de couort mais que ch’est trop tard (oû moment de la mort). Jésus avertit les syins qùi ne sount paé préviyaunts qu’i risquent l’Enfer.

Taexte[amendaer | modifier le wikicode]

Évaungùile suusaunt Matthuu[amendaer | modifier le wikicode]

Évaungùile suusaunt Matthuu, capite 25, versets 1-13 :

« Adoun, le Reyoume des Cyils sera parêle à dîs jannes files counviaées à des neuches qùi prîntent leus laumpes pouor sorti à veî le bouonhoume. Chinq de chutes-lo éteient eun miot brouoleuses, et les chinq âote éteient par counte byin-penseuses : les brouoleuses aveient prins leus laumpes sauns prenre de l’huule, ataundi que les byin-penseuses aveient prins des tâopettes à huule d’ot leus laumpes. Pîque le bouonhoume se tergeit, o s’ensoumélîtent et se dormîtent.

Oû mitaun de la nyit, y eut eun ébrai : – Le bouonhoume vyint ! Venaez le veî !
Adoun, touotes les jannettes s’évillîtent et se mîntent à paraer leus laumpes. Les brouoleuses demaundîtent ès byin-penseuses :
– Bailliz-nouos de voute huule car nous laumpes s’éteignent ! Les byin-penseuses répounîtent :
– Cha ne sera jammais pouor nouos et pouor vouos assaez ! Allaez pustôt vouos nen acataer ès marcauntyirs !
Duraunt qu’ol alleient nen acataer, le bouonhoume se venit. Les syines qùi éteient byin paraées entrîtent d’ot li dauns la salle de neuches, et la porte feut arfroumaée. Pus tard, l’s âotes jannes files arrivîtent itou et disîtent :
– Signeû ! Signeû ! Ouovraez-nouos !
Et i leus répounit :
– En vertaé j’ouos le dis, je n’ouos counais paé.
Villiz doun byin, car vouos ne savaez ni le jouo ni l’heure. »