Crédo

De Wikipedia
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Icône qui moûtre les évêques du counchile de Nicée ot l'empereux Counstauntin, i tyinent le taexte du « Symbole de Nicée-Counstauntinoplle » adoptaé oû premyî counchile de Counstauntinoplle (381).

Le Crédo (ou Credo), que no dit itou Symbole de Nicée-Counstauntinoplle, Symbole de Nicée ou Symbole de Counstauntinoplle, est le terme que no-z-emplie pouor pâlaer le Symbole principâ de l'Egllise catholique qui énounche sen dogme. Crédo vyint du latin credo qui veurt dire je creis.

Le taexte[amendaer | modifier le wikicode]

Chu symbole feut termaé en 1570 à la suite du Counchile de Trente, mais ch'est pouor touot dire le taexte du Symbole de Nicée-Counstauntinoplle (d'abord travailli oû Counchile de Nicée en 325, pis reveu et amilleuraé oû Counchile de Counstauntinoplle en 381). Veici le taexte :

En grec :

Πιστεύομεν εἰς ἕνα θεὸν πατέρα παντοκράτορα, ποιητὴν οὐρανοῦ καὶ γῆς, ὁρατῶν τε πάντων καὶ ἀοράτων·
καὶ εἰς ἕνα Κύριον Ἰησοῦν Χριστόν, τὸν υἱὸν τοῦ θεοῦ τὸν μονογενῆ, τὸν ἐκ τοῦ πατρὸς γεννηθέντα πρὸ πάντων τῶν αἰώνων, φῶς ἐκ φωτός, θεὸν ἀληθινὸν ἐκ θεοῦ ἀληθινοῦ, γεννηθέντα, οὐ ποιηθέντα, ὁμοούσιον τῷ πατρί, δι' οὗ τὰ πάντα ἐγένετο, τὸν δι' ἡμᾶς τοὺς ἀνθρώπους καὶ διὰ τὴν ἡμετέραν σωτηρίαν κατελθόντα ἐκ τῶν οὐρανῶν, καὶ σαρκωθέντα ἐκ πνεύματος ἁγίου καὶ Μαρίας τῆς παρθένου, καὶ ἐνανθρωπήσαντα, σταυρωθέντα τε ὑπὲρ ἡμῶν ἐπὶ Ποντίου Πιλάτου, καὶ παθόντα καὶ ταφέντα, καὶ ἀναστάντα τῇ τρίτῃ ἡμέρᾳ κατὰ τὰς γραφάς, καὶ ἀνελθόντα εἰς τοὺς οὐρανούς, καὶ καθεζόμενον ἐκ δεξιῶν τοῦ πατρὸς καὶ πάλιν ἐρχόμενον μετὰ δόξης κρῖναι ζῶντας καὶ νεκρούς, οὗ τῆς βασιλείας οὐκ ἔσται τέλος·
καὶ εἰς τὸ πνεῦμα τὸ ἅγιον, τὸ Κύριον, τὸ ζωοποιόν, τὸ ἐκ τοῦ πατρὸς ἐκπορευόμενον, τὸ σὺν πατρὶ καὶ υἱῷ συμπροσκυνούμενον καὶ συνδοξαζόμενον, τὸ λαλῆσαν διὰ τῶν προφητῶν· εἰς μίαν, ἁγίαν, καθολικὴν καὶ ἀποστολικὴν ἐκκλησίαν. ὁμολογοῦμεν ἓν βάπτισμα εἰς ἄφεσιν ἁμαρτιῶν. προσδοκῶμεν ἀνάστασιν νεκρῶν, καὶ ζωὴν τοῦ μέλλοντος αἰῶνος. ἀμήν.


En latin (ch'est la versioun catholique offichielle) :

Credo in unum Deum, Patrem omnipoténtem, factόrem cæli et terræ, visibílium όmnium, et invisibílium.
Et in unum Dόminum Iesum Christum, Fílium Dei unigénitum. Et ex Patre natum ante όmnia sæcula. Deum de Deo, lumen de lúmine, Deum verum de Deo vero. Génitum, non factum, consubstantiálem Patri : per quem όmnia facta sunt. Qui propter nos hόmines, et propter nostram salútem descéndit de cælis. Et incarnátus est de Spíritu Sancto ex María Vírgine : et homo factus est. Crucifíxus étiam pro nobis : sub Pόntio Piláto passus, et sepúltus est. Et resurréxit tértia die, secúndum Scriptúras. Et ascéndit in cælum : sedet ad déxteram Patris. Et íterum ventúrus est cum glόria iudicáre vivos, et mόrtuos : cuius regni non erit finis.
Et in Spíritum Sanctum, Dόminum, et vivificántem : qui ex Patre, Filiόque procédit. Qui cum Patre, et Filio simul adorátur, et conglorificátur : qui locútus est per Prophétas.
Et unam, sanctam, cathόlicam et apostόlicam Ecclésiam. Confíteor unum baptísma in remissiόnem peccatόrum. Et expécto resurrectiόnem mortuόrum. Et vitam ventúri sǽculi.


Et en normaund :

Je creis en eun seû Dùu, le Père qui peut touot, le Criyateux du cyil et de la terre, de l'eunivers viyablle et paé viyablle.

Je creis en eun seû Signeux, Jésus-Chrît, le Fî eunique de Dùu, nacqui du Père avaunt touos les sièclles ; il est Dùu, nacqui de Dùu, leumyire nacquie de la leumyire, vrai Dùu nacqui du vrai Dùu. Engenraé, paé criyaé, de meîme nateure que le Père, et par li touot feut fait. Pouor nouos-âotes les hoummes, et pouor note sâovement, il est deschendu du cyil ; par le Saint-Esprit, il a prins la cair de la Vyirge Marie, et s'est fait houmme. Creuchifiaé pouor nouos-âotes souos Pounche-Pilate, i souoffrit sa Passioun et feut mins à la tumbe. I resseuscitit le tyirs jouo, coumme dit dauns les Ecriteures, et i mountit oû cyil ; il est assis à la dreite du Père. Il arvyindra dauns la gllouère pouor jeugi les vivaunts et les morts, et sen règne n'éra pas de fin.

Je creis en le Saint-Espritt, qui est le Signeux et qui bâle la vie ; i prochède du Père et du Fî. D'ot le Père et le Fî, i recheit meîme adoracioun et meîme gllouère ; il a pâlaé par les prophaètes.

Je creis en l'Egllise, eune, sainte, catholique et apôtolique. Je recounnais eun seû baptaème pouor le pardoun des péchis. J'attends la réseureccioun des morts, et la vie du mounde qui vyindra. Amen. »