Guerre de Chent Ans

De Wikipedia
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Chût article fut coumenchié en normand bel-écrit Inkwell icon - Noun Project 2512.svg
Guerre de Chent Ans
Hundred years war collage.jpg
Dans le sens des aigûles d'eune moûtre, nos veit ichi quatres grands temps de la guerre : à-haut à main gauche, la batâle de la Rochelle (1372) ; à-haut à dreite, la batâle d'Azincourt (1415) ; à-bas à main dreite, la batâle de Passay (1429) ; à-bas à main gauche, la délivranche d'Orlians d'ot Jeanne d'Arc (1429).
Grandes coses à saveir
Date : 1337 - 1453 (paix signie en 1475).
Plache : En France pour la mayeure partie.
Casus Belli : Les prétentions oû Rei d'Angleterre sus la couroune de France.
Eissue : Victouère franceise
Aversiers
Blason France moderne.svg Reyaume de France

Blason Castille Léon.svg Reyaume de Castîle
Blason region fr Bretagne.svg Bretagne (Blois)
Royal Arms of the Kingdom of Scotland.svg Reyaume d'Écosse
Armoiries Gênes.svg République de Gênes
Armoiries Jean de Luxembourg superseding.svg Reyaume de Bouhême
Aragon arms.svg Reyaume d'Aragon

Royal Arms of England (1399-1603).svg Reyaume d'Angleterre

Philip the Good Arms.svg Duchie de Bourgône[Note 1]
Blason region fr Bretagne.svg Duchie de Bretagne (Monfortisses)
Armoiries Portugal 1247.svg Reyaume du Portugal
Blason Royaume Navarre.svg Reyaume de Navarre
Blason Comte-de-Flandre.svg Comté de Flandres
Hainaut Modern Arms.svg Comté de Hainaut
Arms of the Count of Luxembourg.svg Duchie du Luxembourg

Coumandants
Arms of the Kings of France (France Ancien).svg Philippe VI (1337-1350)
Arms of the Kings of France (France Ancien).svg Jean II (1350-1364)
BlasonIledeFrance.svg Carles V (1364-1380)
BlasonIledeFrance.svg Carles VI (1380-1422)
BlasonIledeFrance.svg Carles VII (1422-1453)
Royal Arms of England (1340-1367).svg Édouard III (1337-1377)
Royal Arms of England (1340-1367).svg Richard II (1377-1399)
Royal Arms of England (1399-1603).svg Inri IV (1399-1413)
Royal Arms of England (1399-1603).svg Inri V (1413-1422)
Royal Arms of England (1470-1471).svg Inri VI (1422-1463)
Batâles
Cops d'estoc de 1337-1340 : Cadzand (1337)Arnemuiden (1337)Southampton (1337)Cambrai (1339)Écluse (1340)Saint-Omer (1340)Tournai (1340)

Cops d'estoc de 1341-1342 : Champtoceaux (1341)Nantes (1341)Hennebont (1341)Vannes (1342)Nantes (siège, 1342)

Cops d'estoc de 1345-1347 : Bergerac (1345)Auberoche (1345)Ingoulème (1345)IngoulèmeAiguillon (1346)Caen (1346)Blanketake (1346)Crécy (1346)Calés (siège, 1346-47)La Roche-Derrien (siège, 1347)

Cops d'estoc de 1355-1356 : Carcassonne (1355)Évreux (siège, 1356)Poétiers (1356)

El jaqrie d'1358 pi ch'mouvement à Étienne Marcel : Compiène (1358)Senlis (1358)Meaux (1358)Clermont (1358)Paris (siège, 1358)

Cops d'estoc de 1358-1360 : : MauconseilAmiensTroyesAuxerreSaint-Valery-en-CauxMelunBray-sur-SommeReimsWinchelsea

Cops d'estoc de 1363-1365 : MantesMeulanbatâle de Rolleboisebatâle de CocherelPont-de-DouvresCoutancesValognesEvreux (1364)MoulineauxLa Charité-sur-LoireAuray (1364)

Cops d'estoc de 1368-1375 : MontalzacHarfleurRochechouartChauvignyLimòtgesPontvallainLa Rochèla (1372, navala)La Rochèla (1372ChizéSensBrivaLa Rèula (1374)Saint-Sauveur-le-VicomteQuimperlé

Cops d'estoc de 1377-1380 : RyeLewesYarmouthArdresDoverAuray (1377)Brageirac (1377)AimetSent-MacariMonchauvetBrévalAnetPacy-sur-EurePont-AudemerSaint-MaloCherbourgHarlestonGravesend

Cops d'estoc de 1382-1383 : RoosebekeYpres

Cops d'estoc de 1385-1388 : DammeCasselBourbourg

Cops d'estoc de 1411 : Saint-Cloud

Cops d'estoc de 1415-1436 : Harfleur (1415)Azincourt - Estuari de SèinaCan (1417)ArgentanAlençonFalaiseMontlhéryEtampes – [[Sètge de Senlis (1418)|Senlis (2Modèle:A)]] – [[Insurreccion de París de 1418|París (2Modèle:A)]] – [[Sètge de Roan (1418-1419)|Roan (2Modèle:A)]] – Chateau-Gaillard – [[Sètge de Sens (1420)|Sens (2Modèle:A)]] – MontereauMelunVieil-BaugéChartres – [[Sètge de Dreux (1421)|Dreux (1Modèle:A)]] – BonnevalEpernonNogent-le-RoiMeaux(1421)CravantLa GravelleVerneuilMont-Saint-MichelLo MansSaint-James-du-Beuvron (1426)MontargisOrleansbatâle deis ArencsJargeauBeaugencyPatayTròias (1429)París (1429)La Charité-sur-LoireCompenha (1430)AuthonBulgnéville

MontargisTròias (1433)Compenha (1433)LagnySillé-le-GuillaumeDieppeSaint-DenisEtampesParís (1436)Pontoise (1437)Saint-Germain-en-LayeMeaux (1439)Creil – [[Sètge de Pontoise (1441)|Pontoise (2Modèle:A)]] – TartasDacsLa Rèola (1442)Angers

Cops d'estoc de 1448-1450 : Lo Mans (1448)MortainSètge de Saint-James-du-Beuvron (1448)Raid de FalaiseFalaise (1449Pont-de-l'ArcheConchesGerberoyConhacPont-Audemer (1449)Pont-l'Eveque (1449)Chateau-Gaillard (1449)Coutances (1449)Granville (1449)Saint-LôCarentanRoanFormignyCan (1450)FalaiseDomfrontCherbourg (1450)

Cops d'estoc de 1451 : Blaia (1451)FronsacSent MilionLibornaBordèu (1451)

Cops d'estoc de 1453 : CastilhonBordèu (1453)Baiona

La Guerre de Chent Ans fut un conflit entrecopé de temps d'arrêts pus ou meins longs entre les reyaumes de France et d'Angleterre entre 1337 et 1453, châcun des partis ayant archeu itout l'ayde d'alliés divers qui pouveient cangier de camp, coume la Bourgône par exemple. La raison de chûte guerre éteit, oû coumenchement, eune chicane dynastique entre les familes angleise Plantagenêt et pis franceise Valois pour assaveir qui ch'éteit le Rei légitème du Reyaume de France. L'eun et l'autre parti aveient itout en veue d'aveir la main sus pusieurs fieufs en France (coume la Guyenne, la Flandre etc.).

L'événement qui a tout accoumenchié fut la mort oû rei Carles IV de France le 1er de février 1328 qui fit sourdre la question d'assaveir qui sereit sen successeux oû trône de France, le pus pîssant reyaume d'Europe à chût moment. Amprés débat, ch'est eun héritier d'eune branque élouégnie des Capétiens qui fut éleu Rei : Philippe VI. Le Rei d'Angleterre, Édouard III, fieu d'eune file de Philippe le Bel, ne dit aloures mot, mais 9 ans pus tard, en 1337, il arvendiquit à cop la couroune de France contre Philippe VI.

De fait, cha n’est bren un hasard que ches deux reyaume se heurtent : il condîsent des fonctiounement écounoumiques, politiques et arligieux différents et contropposés. La France est un reyaume riche, peuplé, aveuc eune écounoumie fondée sus les productions de la culteure paysante traditiounelle et un fonctiounement sochial et politique fondé sus les seigneureries traditiounelles et eune mounarchie ferme. L’Angleterre devient eune nation de pus en pus bourgeouèse et marcande, la culteure devient de pus en pus diffichile et l’élevage devient eune veie de secours : le coumerche en devient eune richesse du pays (la laine d’agnel en particulier). Les Angleis, qui cheux yeux veulent de meins en meins d’impôts, ne les oyent pus mais de la part des Franceis, et leux fieuf en Guyenne devient un enjeu reide important pour poursieure d'importer du vin et d’autre seit qu’il ne peuvent pus mais cultiver sus leux île sans trop payer.

La guerre se dénoquit en chinq cops (pameins qu'alle fut entrecopée de bellement d'arrêts) :

  • De prim abord, les Angleis ont dans l'idée de conquérir eune partie de la France, il y parviennent bien et aveignent tout le Nord-Ouêt du Reyaume ; il vont pameins aherdre le Rei Jean II de France loures de la batâle de Peitiers en 1356 ;
  • Ensieute, la position franceise s'ameilleure un miot sous le règne à Carles V (1364-1380), il aveint à arconquérir la mayeure partie de sen Reyaume ;
  • A la partie de 1380, la guerre va s'adouchir et nos peut parler d'eun arrêt des conflits jusqu'en 1415. L'Angleterre counaît des tribouillements politiques et écounoumiques qui l'empêquent de poursieure la guerre ;
  • Oû coumenchement du XIVe siècle, la position franceise devient rudement pus pauvrette et l'assassin de Louis d'Orlians par le Duc de Bourgône Jean sans Poûr, le 23 de novembre 1407, fait s'accoumenchier eune guerre chivile en France entre le parti des Bourguignons, les cheux qui sieusent le Duc de Bourgône qui est putôt favorable ès Angleis, et le parti d'Armagnacs, du nom de la province d'où vient la femme à Carles d'Orlians, fieu de Louis d'Orlians, chût derrain parti n'aime bren les Angleis et soutien le Dauphin Carles de France (le futeur Rei Carles VII), fieu à Carles VI le Fol. Les Angleis, fidèles à l'arvendication à Edouard III en 1337, poursieusent à arvendiquier la couroune de France pour leux Rei, Henri V, et arcoumenchent à guerrier contre les Franceis en 1415 ;
  • Pameins, à la partie de 1429, la position désespérée des Franceis et du parti d'Armagnac counaît un biau seursautement soudain d'aveuc la délivranche d'Orlians aindie par Jeanne d'Arc. Dans le même élan, pusieurs villes franceises qui éteient ès mains des Angleis sont délivrées et le Dauphin Carles de France est sacré Rei à Reims sous le nom de Carles VI.

Chûte guerre eut gros de conséquenches, aussi ben oû livel politique, pisqu'alle a aindié eune belle étente du doumaine reyal franceis et entraîné la formaison d'eune Duchie de Bourgône bien pîssante (et cha sera cor la cause d'eune autre guerre pus tard à la fin du XVe siècle), qu'oû livel culturel et de la sochiété chivile pisque les trémeurs entraînées par chûte guerre vont marquier l'Europe pendant longtemps (le tribouillement intellectuel du XVe siècle, amprés la Guerre de Chent Ans, bâlera l'entrée dans la période que nos appelle Arnaissanche).

Les causes de chûte guerre[amendaer | modifier le wikicode]

La Guerre de Chent Ans est le frît d'eune vieûle rivalité qui existeit entre les Reyaumes d'Angleterre et de France de depis la formaison du Reyaume d'Angleterre oû XIe siècle (Guillaume le Conquérant éteit vassal oû Rei de France). En effet, de depis la conquête de l'Angleterre par Villaume en 1066, les Reis angleis fûtrent tréjours vassaux oû Rei de France pour leux fieufs continentaux. Ch'éteit déjà la cause de pusieurs conflits entre les deux Reyaumes avant la Guerre de Chent Ans coume sous le règne à Philippe Augûte (1190-1223), quand l'Angleterre perdit trétous ses fieufs sus le continents sauf la Guyenne.

Causes écounoumiques et estructurelles[amendaer | modifier le wikicode]

De fait, ch’est bien comprenable que ches deux reyaumes se heurtent : il ont des fonctiounements économiques, sochiaux et arligieux différents et qui se contropposent. D’un côté la France, un pays fondé sus la culteure de la terre et sa paysanterie, eyoù que la sochiété est traditiounelle et tient à demeurer dans sen fonctiounement traditiounel aveuc biaufaire de seigneux forts et leux seigneureries féodales de partout, eyoù l’arligion est cor reide traditiounelle itout dans les féchouns de faire coumeunes. De l’autre l’Angleterre, un pays eyoù que cha pleut de pus en pus à meseure que nos s’élouêne de l’optimum médiéval, et qui s’en troue tout ratribouillié : la paysanterie traditiounelle deit changier de modèle petit-à-petit pour seurvivre : l’élevage (espécialement d’agniaux) remplache le vieur modèle des culteures qui ne peut pus bren yêtre poursieut (nos ne peut pus bren prodîre de vin en Angleterre à la partie de 1300, le temps étant trop freid et le soulel trop faible). L’agnel devient la richesse de l’Angleterre et alle vend châque année gros de laine ès drapiers de Flandre à la partie du XIVe siècle. L’Angleterre devient itout eune nation de marcands par chût biais : la bourgeouésie creît en prend de pus en pus de peids dans la vie politique. Amprés la Guerre de Chent Ans, chûte Angleterre est déjà prête pour le protestantême calviniste du siècle d'amprés, le calvinême étant reide favorable à la marcanderie, cha qui plaira à la bourgeouésie angleise.

En Flandre itout, la bourgeouésie prend de la conséquence et les villes itout, il en sera parel qu’en Angleterre pour l'attrait calviniste oû siècle sieusant. L’artisanat creît itout en peids dans les échanges. Coume la Flandre est la provinche bourguignoune la pus riche, les Bourguignons vont ben hésiter entre le parti franceis (la Bourgône coumerche d’excès d’ot les villes franceise sus les fleuves) et le parti angleis (le modèle meins étatique que veut la bourgéouésie angleise les sédît itout et la Flandre a un biau coumerche d’ot yeux pour la laine).

Dans chûte situation oû coumenchement du XIVe siècle, le fieuf de Guyenne devient eun enjeu reide conséquent pour les Angleis : il peuvent y prodîre du vin et d’autre seit et l'envier pour l’île sans payer trop chier adonc que s’il acatent les mêmes coses ès Franceis (qui prodîsent le pus et de meilleure qualité en Europe), il vont payer rudement chier d’impôts. Gagnier des terres en France devient itout eun enjeu conséquent pour yeux : il pourront y cultiver sus les bounes terres de France et se douner yeux-mêmes leux prix sans aveir affaire aveuc les Franceis qui ont eune féchon de faire différente d'yeux (la France est bellement rurale et le fonctiounement féodal est ben différent d’eune seigneurerie à l’autre, les impôts sont pameins généralement forts pour les esportations à l’étrangier). La déclaration de guerre d’Edouard III est eune déchision réfléchie.

La maîtrerie de la Guyenne[amendaer | modifier le wikicode]

La question de la maîtrerie sus le fieuf de Guyenne est un des pus vieurs problèmes dans les relations franco-angleises. Fiquié oû Sud-Ouêt de la France, sen titulaire est le Rei d'Angleterre, mais il deit faire allégeanche oû Rei de France pour chût territouère. En mais, le Rei de France pouveit faire valeir un dreit d'intervenanche dans les affaires intérieures à chût territouère, espécialement oû livel judichiaire. Chût état de faits éteit bien avantageux pour le Rei de France mais bien meins pour les Reis d'Angleterre qui eûtrent souvent de la misère à l'acchepter. S'en vîntrent pusieurs cops des tensions entre les Reyaumes. Édouard III coumenchit à arvendiquier eune pleine maîtrerie sus la Guyenne à la partie de 1323 jusqu'en 1327, aveuc quieuques combats. Mais à la fin, le Rei d'Angleterre deut arcounaître de maucœur la maîtrerie oû Rei de France en 1329.

L'affaire d'Écosse[amendaer | modifier le wikicode]

Autrement que la Guyenne, l’Ecosse fut itout un pouent de tension entre les deux Reyaumes. En effet, France et Ecosse éteient de depis longtemps des alliés traditiounels. Ainchin, les Franceis aveient déjà aindié les Ecosseis dans leux conflit contre l'Angleterre et il aveient même accueilli et soutenu le rei d'Ecosse David II amprés sa déposition par Edouard III. La présenche d'Ecosseis en France et de partisants à David II sus le territouère d'Ecosse éteit donc un souchi parmanable pour les Angleis.

La succession oû trône de France[amendaer | modifier le wikicode]

Pourtrait d'Édouard III.

Mais que Jean Ier le Postheume, fieu à Louis X le Hutin et petit-fieu à Philippe IV le Bel, fût mort en 1316, ch'est sen oncle, un autre fieu à Philippe IV, qui fut chouési coume Rei et courouné coume Philippe V. Mais qu'il mourît à sen tour en 1322, ch'est sen frère qui fut chouési pour yêtre Rei sous le nom de Carles IV le Bel. Mais quand il mourit itout en 1328, la question deut yêtre posée rapport qu'il n'y aveit bren de successeux naturel ni aucun fieu à Philippe le Bel ou à ses fieux cor en vie. Un chouéx deut yêtre fait et, amprés débat, ch'est l'héritier de la branque Valois des Capétiens, qui deschend d'un frère à Philippe le Bel, qui est chouési pour yêtre Rei, afin de contropposer qu'eune femme fût Reine (Jeanne II de Navarre, sœur à Louis X le Hutin). Il est courouné le 1er d'avril 1328 sous le nom de Philippe VI.

Décaînement du conflit[amendaer | modifier le wikicode]

Les conquêtes à Édouard III (1337-1364)[amendaer | modifier le wikicode]

La batâle de Créchy et la prinse de Calais[amendaer | modifier le wikicode]

Les « quevauqies à Édwouard III »[amendaer | modifier le wikicode]

La batâle de Peitiers et la crise de la mounarchie franceise[amendaer | modifier le wikicode]

L'ardréchement franceis (1364-1388)[amendaer | modifier le wikicode]

L'argenciment en France[amendaer | modifier le wikicode]

Arfluer les Angleis[amendaer | modifier le wikicode]

L'arrêt des conflits (1388-1411)[amendaer | modifier le wikicode]

Les gains à Henri V et l'avanchie angleise (1411-1429)[amendaer | modifier le wikicode]

Agincourt pis le traité de Troyes[amendaer | modifier le wikicode]

La double régenche[amendaer | modifier le wikicode]

L'arconquête et pis la victouère franceise (1429-1453)[amendaer | modifier le wikicode]

L'estoc à Jeanne d'Arc[amendaer | modifier le wikicode]

Les cangement d'allianche ès Bourguignons[amendaer | modifier le wikicode]

La victouère à Carles VII[amendaer | modifier le wikicode]

Le prémyi à c'menchi la gùerre fut le roué Douard III d'Aunglléterre, qùi ne vouolait ryin saveî de cha qùé le roué de Fraunce était Phelippe VI, sen couosin. Phelippe li avait reprint la ville dé Bordiâos, et i n'avait paé aimaé cha. I pensait doun que cha devait iête li à iête roué de Fraunce, pis qù'il 'tait eun gars à la ranne Isabelle dé Fraunce, eune fîle à Phelippe IV lé Bé. I se creyait dauns sen dreit et, par eune mâovaise affaire, Robert d'Arteis, signeu de Counche, li asseurit que ch'était byin li, Douard, qui devait venin prenre lé roioume, d'aveu eune palaunqùie de quevalyis. Cha qùi fit en 1346 à Crécy !

Les batâles[amendaer | modifier le wikicode]

No se chornit pusuurs couops touot le temps la gùerre, et devaunt qùé de dire touote l'histouère dé chute gùerre, no peut devaunt balli eune liste des batâles et dé qùiques assyigements de villes :

Veyez itout[amendaer | modifier le wikicode]

Commons-logo.svg

Y a cor de quei à veir ou à ouïr entour
la Dgèrre dé Chent Ans
sus les Coumuns à Viquipédie

Notes[amendaer | modifier le wikicode]

  1. Les Bourguignons feûtrent d'ot les Angleis à la partie de 1420 eune feis délivrée de ses obligations du traité de Troyes), avant chûte date, alle combatteit d'ot la France.