Jeanne d'Arc

De Wikipedia
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Chut articlle feut c'menchi en Cotentinais Normandy flag large.png
Pouortrait de Jeanne dauns eune miniateure de maneuscrit
XVe syiclle
Centre historique des Archives nationales,
Paris, AE II 2490

Jeanne d’Arc (no dit itou Sainte Jeanne d’Arc ou La Puchelle, en sen temps ol éteit appelaée Jehanne ou Jehannette, Jehanne Darc/Dare, Jehanne Dart/Tart ou encô Jehanne du Lis/Lys) est eune sainte de l’Égllise catholique et eune héroène natiounale fraunceise naée en jaunvyî de l’aun 1412 à Domrémy en Lorraine en Fraunce et morte ardaée vivaunte à Rouen le 30 mai 1431 en Fraunce, mais à chu temps-lo Rouen éteit otchupaé par les Aunglleis, la Normaundie éteit doun en Aunglléterre.

Ol éteit eune janne fîle qui véqùit duraunt la gùerre de chents auns et qùi coumbattit pouô le Rei de Fraunce Carles VII. Ol a délivraé la vile d'Orléauns de l’assyigement des Aunglleis qùi dureit dé depis juillet 1428 et o counduusit le Carles VII à sa sacratioun dauns la cathédrale de Reims, et touot chenna en meins d'eune aunnaée, et o diseit que ch'éteit eune missioun qùi lyi éteit c’maundaée par eune « vouéx de Duù » et des apparitiouns de Saint Michi, de Sainte Catherine et de Sainte Marguerite.

Jeanne d’Arc est couneue pouor aveî-z-ieu chutes « vouéx » et chutes apparitiouns de saints qùi lyi diseient de s'en allaer pouor sâovaer le Réyâome de Fraunce, et o le fesit effectivement., ch'est la raisoun pourqui que les catholiques de Fraunce lyi vouent eun tchulte partitchulyî et qu'ol est counsidéraé coumme Sainte Patrounne de la Fraunce et itou coumme héroïne natiounale, en dehors du mounde catholique.

Sen vrai noum[amendaer | modifier le wikicode]

La singnateure à Jeanne

Si Jeanne s'appeleit byin Jeanne (Jehanne pustôt coume no l'écriveit en fraunceis de sen temps), sen noum de famile que no dit à chu jouô coummeunement d'Arc n'est pouent si seûr.

Oû temps de Jeanne, le noum de famile n'est paé si importaunt, no ne l'eutilise que petit et le pus souovent, no ne le counaît que de féchoun pâlaée, les gens ne savent paé écrire. Oû prochès de Biâovais et de Rouen en 1430 et 1431, Jeanne répount lyi-meîme qu'o ne sait que petit sus chu pouent, que sen père (Jacques de seurnoum) éteit appelaé Darc, mais meîme sus chu pouent, les avis ne fount pas eun : sus le maneuscrit, no ne peut paé, en effet, saveî si ch'est Darc ou Dare qui est écrit, car la drényire lettre n'est pas cllaire.

Suusaunt l'historyin fraunceis Henri Guillemin, ch'est byin Dare et paé Darc qu'i fâot luure (et de touotes féchouns, les counsounes en fin de mot ne se disent paé en vuû fraunceis, Darc se feusse itou dit Dar à l'orâ), car dauns eun âotes taexte appelaé Croniques d'Orléauns, il est écrit que le père de Jeanne, Jacques, s'appeleit Tart dauns sen couen, et Dar(e) et Tart (tréjouos sauns dire la drényire counsoune coume ch'éteit la couôteume de chu temps) ount des sounoritaés à l'orêle bellement proches.

La vie à Jeanne[amendaer | modifier le wikicode]

Jeanne d'Arc en costeume de manaunte dauns eun maneuscrit fait petit ampraés sa mort.

Jeanne oû vilage et les prémyires apparitiouns[amendaer | modifier le wikicode]

La maisoûn iyoù que Jeanne d'Arc est naée à Domrémy.

Jeanne, qu’oû vilage no-z-appelle Jeannette, a passaé sen éfaunche à Domrémy en Lorraine. Ch’est eun vilage dauns le Coumtaé de Bar et je soummes en plleine guerre de chent auns counte les Aunglleis. Le vilage iyoù qu’o vit est sus le doumaine des Dùs de Bouorgoungne qui sount touô-à-touô du côtaé fraunceis, pis du côtaé aunglleis.

Jeanne est eune p’tite bergère qui va souovent à l’égllise du vilage, o vit d’ot ses parents et ses quate frères et sœurs dauns eune maisoun simplle du bouorg que no peut encô veî anhyi. Ses parents sount Jacques dArc (ou Tart) et Isabelle Rommée (naée Isabelle de Vouthon, Jeanne dit qu'o s'appelle Isabeau oû prochès), et il ount chinq éfaunts : Jeanne (Jehanne), Jacquemin, Catherine, Jean (Jehan) et Pyirre (Pierre).

Ch’est, suusaunt ses diries pus tard, oû moment de sen procès à Rouen en 1431, vers midi eun jouo d’étaé de l’aun 1425 qu’ol a entendeu eune vouéx et veu eune graund leumyire. Veichin coumment qu’o nen pâle à sen prochès :


« Quaund que j’eus l’âge de trize auns, j’eus eune vouéx de Duù pouor m’aingùi à me gouovernaer. Et le premyî couop j’i-z-ieu graund poû. Pis venit chute vouéx, enviroun l’heure de midi, oû temps de l’étaé, dauns le gardin de men père, en eun jouo de jeûne. Je n’aveis paé junaé la vêle. J’ouïtis la vouéx du côtaé dreit devers l’égllise, et rarement je l’ouïtis sauns cllartaé. En veirtaé, y a cllartaé du côtaé d’où qu’est ouïtaée la vouéx, y a coummeunément eune graund cllartaé. Quaund je venis en Fraunce, souovent j’ouïteis chute vouéx. »


En déchembe 1428, o se départ de sen p’tit village iyoù qu’ol aveit tréjouos vécu et enteprent de rejouenre le Rei de Fraunce qui se trouove adoun à Chinon dans la Louére. Aingùie par le Singneû de Vaucouleurs et d’ot déeus hoummes, ol atteint Chinon et est entendeue par le Rei. Cheti-lo est counvainqueu, ol lyi dit qu’ol deit délivraer la vile d’Orléauns des Aunglleis et le faire sacraer Rei à Reims, en terre prinse par les Aunglleis.

Le départ de Domrémy et l'arrivaée à Chinoun[amendaer | modifier le wikicode]

Orléauns[amendaer | modifier le wikicode]

Ampraés Orléauns[amendaer | modifier le wikicode]

Le sacrement à Reims[amendaer | modifier le wikicode]

Patay et Coumpyingne[amendaer | modifier le wikicode]

Le prochès de Biâovais et de Rouen[amendaer | modifier le wikicode]

La fin de Jeanne[amendaer | modifier le wikicode]

La mémouère de Jeanne[amendaer | modifier le wikicode]

Chu que nen pensîtent les Fraunceis oû temps de Jeanne[amendaer | modifier le wikicode]

Dauns le Reyâome, la nouovelle devyint vîtement couneue et chu va criyaer pusuurs réactiouns d’admiratioun, d’arnouovellement de dévotioun en Duù, de benaisetaé ou de countentement. No peut luure le pouème de Christine de Pizan sus Jeanne d’Arc et, en luusaunt les paroles qu’ol a écrites, no se peut rende coumpte du sentiment de libératioun et de jouée esprimaé (no bâle ichin qùiques parties de La Ditié de Jehanne d’Arc qu'ol a écrit adoun que Jeanne éteit encô en vie, en 1429 ou 1430) :


Taexte en vuur fraunceis :
Je, Christine, qui ay ploré
Unze ans en abbaye close
Ou j’ay tousjours puis demeuré
Que Charles (c’est estrange chose !)
Le filz du Roy, se dire l’ose
S’en fouy de Paris, de tire,
Par la traïson là enclose :
Ore a prime me prens a rire !
L’an mil quatre cens vingt et neuf
Reprinst a luire li soleil !


Taexte en normaund :
Mei, Christine, qùi i plloraé
Ounze auns en abbaye enfroumaée
Iyoù que je syis tréjouos demeuraé dé depis
Que Carles (ch’est eune étraunge cose !)
Le fîs du Rei, si j’ose le dire
S’enfuusit de Paris, reide dreitement,
Ampraés la trahisoun qùi s’y trouoveit :
Or chu jouo pouor la prémyire feis je me prens à rire !
L’aunnaée mil quate chents vingt-neu
Reprint à lyire le souolé !


François Villon, qui est naé l’aunnaée de la mort de Jeanne en 1431, pâle de lyi dauns sen pouème Ballade des dames du temps jadis :


Taexte en vuur fraunceis :
Et Jehanne la bonne Lorraine
Qu’Englois bruslerent à Rouan
Ou sont elles, Vierge souveraine ?
Mais ou sont les neiges d’antan ?


En normaund :
Et Jeanne, la bouonne Lorraine
Que les Aunglleis breûlîtent à Rouen
Iyoù qu’o sount, Vyirge souoveraine ?
Mais iyoù que sount les niges d’âotefeis ?

La mémouère de Jeanne de depis sa mort[amendaer | modifier le wikicode]

Ch'est oû XIXe syiclle que no-z-arc'menche à pâlaer de Jeanne d'Arc, qui aveit étaé pustôt oubliaée dauns les syiclles préchédents. L'historyin Jules Michelet d'abord, il arprent l'histouère de Jeanne d'Arc pouor écrire eun live, et de depis le XIXe syiclle Jeanne d'Arc n'a paé étaé oubliaée.

Pusuurs feûtent les écrivains qui ount rendeu hoummage à la Puchelle, et pouor biâocoup ch'est sen style de laungage dauns les Prochès de Biâovais et de Rouen qui impressiounnent. Jean Cocteau dit de lyi : « De touos les écrivains de Fraunce, Jeanne d'Arc est cheti que j'admire le pus. O singneit d'ot eune crouéx pisqu'o ne saveit paé écrire. Mais je pâle de sen laungage, et de ses brèves qui sount seubllimes. Pouorqui qu'ol écrit-ti, qu'o s'esprime si byin ? Ch'est qu'ol pense byin, et que ch'est la prémyire verteu d'eun style. O dit chu qu'o veurt dire, et en quiques mots. Les répounses de sen prochès sount des qués-d'œuve. Ses répounses réfllètent sa vie couorte et sensatiounnelle muùs que l'Histouère ne nouos la racounte. »