Jeanne d'Arc

De Wikipedia
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Chût article fut coumenchié en normaund bel-écrit Inkwell icon - Noun Project 2512.svg
Pourtrait de Jeanne dauns eune miniateure de manuscrit
XVe syiclle
Centre historique des Archives nationales,
Paris, AE II 2490

Jeanne d’Arc feut eune chef militaire fraunceise de la prémière meitié du XVe siècle et alle est itout eune sainte à l’Église catholique romaine. Margré qu’a nâquisse dauns eune famîle paysaunte de Lorraine, alle rencountrit Carles d’Orléans, le Rei de Fraunce qui n’aveit pus sen reyaume et que sa reyauté éteit countropposèye par les Aunglêches et les Bourguignouns, et li disit qu’alle éteit enveyie de par Dieu et qu’alle éteit coundîte par des « vouèx de Dieu » qui li coumaundeient de délivrer le Reyaume de Fraunce des Aunglêches et pis de faire sacrer Carles Rei de France.

Aumprés aveir devisè un miot aveuc lei, il li baillit le coumaundement d’eune armèye (aveuc le capitaine Dunois) et alle eut un graund rôle dauns la délivraunche d’Orléauns qui douleit d’eun assiègement par les Anglêches. Ensieute, alle poursieusit d’yêtre chef militaire et les armèyes de Fraunce eûtrent gros de victouères sus les Aunglêches et les Bourguignouns entre 1429 et pis 1430.

Sen actioun feut dépotaunte rapport que cha faiseit 20 auns que les Aunglêches avauncheient en Fraunce. Les victouères à l’armèye à Carles le dauphin coumenchîtrent mais que Jeanne feusse arrivèye et cha feut un retournement de situatioun rapide : alle permint de délivrer pusieurs viles fraunceises occupèyes par les Aunglêches et même aumprés sa mort, chût retournement de tendaunche s'est poursieut.

Jeanne d’Arc feut arrêtèye et capturèye par les Bourguignouns en novembre de 1430 et alle feut livrèye ès Aunglêches en déchembre. Aumprés yêtre étèye ramenèye à Rouen et pis emprisounèye, alle feut jugie par un tribeunal ecclésiâtique pendaunt pusieurs meis, alle feut adounc coundamnèye à yêtre brûlèye vive. Cha se passit le 30 de mai de 1431 sus la plache oû Vieux Marchié à Rouen, devaunt l’église Saint-Sauveux qui feut abolie à la Révolutioun. Achteur, nos peut tréjours veir les ruènes oû bûquier eyoù alle feut ardèye.

Margré qu’alle nen mourit, sen action permint le redrêchement déchisif de la situatioun militaire fraunceise duraunt la Guerre de Cent Auns qui alleit cor se parfinir pusieurs annèyes aumprés aveuc la victouère parfinale à Carles VII en 1453. Aumprés la victouère fraunceise, sen prochès feut annulé par le Pape Calixte III à cause d’irrégularités en 1456 et pis un nouvel jugement feut fait qui li douneit l’estatut de martyr. À la partie de 1869, les catholiques fraunceis demandîtrent sa canounisatioun qui feut pronounchie en 1922.

Jeanne d’Arc (itou appelèye Sainte Jeanne d’Arc ou bien La Puchelle d'Orléans, ed sen temps al éteit appelèye Jehanne ou Jehannette, sen nom d’famile c’est Darc ou bien Dare slon sen prochès oubédon Tart slon eune aute chouque en Lorraine, a fut anoblite et pis rchut l’nom du Lis oubien du Lys) fut eune jonne file lorraine qui dvint eune Sainte ed l’Église catholique et pis eune héroène nationale franceise, a naquit à Domrémy dans l’Comté d'Bar en Lorraine dvers janvier 1412 et a mourit ardèye vive à Rouen l'30 ed mai 1341 en France occupèye pâ lz'Anglêches (la Normandie faiseit partie du Réyaume d’Anguelterre).

Al éteit eune jonne fille qui véquit durant la Guerre ed Cent Ans et qui combattit poû l'Rei d'France Carles VII. Al a délivrèye la vile d’Orléans d'l'assiègement dz'Anglêches qui dureit dpis juillet 1428 et a condieusit l'Rei Carles VII à sa sacration dans la cathédrale ed Reims en juillet 1429, et tout ça en meins d’eune annèye. A diseit qu'c'éteit des missions qui yi aveient ‘té baillèyes par eune « voèx d'Dieu » et d’pusieurs archanges mais itou par dz'apparitions d'Saint Mikiel, ed Sainte Catherène et pis d'Sainte Magrite.

Jeanne d'Arc est connute pour aver ieu ces voèx et ces apparitions d'saints qui yi diseient d’ès nn'aller pour sauver l'Réyaume ed France, et a l’fit effectivement, c’est la raison pourquei les catholiques ed France yi vouent eun culte particulier et qu’al est considérèye comme Sainte-Patronne ed la France et itou comme héroène nationale hors du monde catholique.

Jeanne d’Arc (appelaée itou Sainte Jeanne d’Arc oubyin La Puchelle, dé sen temps ol éteit appelaée Jehanne ou Jehannette, Jehanne Darc ou Dare, Jehanne Dart ou Tart oubyin cô Jehanne du Lis ou Lys) feut une janne fîle lorranne qùi dévint eune sainte de l’Égllise catholique et eune héroène natiounale fraunceise, o naquit en jaunvyî de l’aun 1412 à Domrémy en Lorranne en Fraunce et o mouorit ardaée vive à Rouen le 30 mai 1431 en Fraunce, mais à chu temps-lo Rouen éteit otchupaé pâ l's Aungllêches, la Normaundie éteit adoun en Aunglléterre.

Ol éteit eune janne fîle qui véqùit duraunt la Gùerre dé Chents Auns et qùi coumbattit pouô le Rei de Fraunce Carles VII. Ol a délivraé la vile d'Orléauns de l’assyigement des Aungllêches qùi dureit dé depis juillet 1428 et o counduusit le Carles VII à sa sacratioun dauns la cathédrale de Reims, et touot chenna en meins d'eune annaée. O diseit que ch'éteit eune missioun qùi lyi éteit coumaundaée par eune « vouéx de Duu » et d's apparitiouns de Saint Michî, dé Sainte Catherène et de Sainte Margùerite.

Jeanne d’Arc est couneue pouor aveî-z-ieu ches « vouéx » et ches apparitiouns de saints qùi lyi diseient de s'en allaer pouor sâovaer le Riyâome de Fraunce, et o le fit effectivement., ch'est la raisoun pourqùi les catholiques de Fraunce lyi veuent eun tchulte partitchulyî et qu'ol est counsidéraé coume Sainte Patroune de la Fraunce et itou coumme héroène natiounale, en dehors du mounde catholique.

Sen vrai nom[amendaer | modifier le wikicode]

La signature à Jeanne

Ej connaissons ben qu’el prénom d’Jeanne éteit bien Jeanne (Jehanne comme on écriveit dans çu temps-là), qu’sen nom d’famille en rvenge n’est brin sûr. Oû XVe sièke, el nom d’famille n’est pas brin reide cosséquent, on n’l’utilise mais que ptit et l’pus souvent, on n’èl connaît maique d’façon pâlèye, pisqu’la maïeuritèye des gens n’savent point écrire. Oû pourcès d’Biauvais et d’Rouen en 1430/1431, Jeanne répond yi-même qu’a n’sait maique ptit sur çu point-cite, qu’sen père (Jacques ed prénom) éteit appelé Darc parfeis, mais même çu nom d’famille donné n’est point sûr pisque la drénière lette peut ête eun c mais pt-ête itou eun e, on n’peut saver pour sûr. On peut don lieure Dare à la plache ed Darc.

À nen sieure l’historien franceis Henri Guillemin, c’est putôt Dare qu’i faut lieure (et d’toute façon eun -c en fin d’mot en anchien franceis n’éteit pas brin mieux pournonché qu’el -c à la fin du mot blanc, adon Dare ouben Darc eûtent été pournonchés /dar/ tous deux). En effet, Guillemin fait noter qu’dans eun témouégnage lorrain rcueillu poû la Chronique d'Orléans à la fin du XVe, il est rapporté qu’el père à Jeanne, Jacques, éteit connu dans l’coin dsous l’nom d’Tart pour èn pas l’déconnaître aveuc lz’autes ceux qui s’appeleient Jacques. Et faut dire qu’les sonoritèyes ed Dare et pis d’Tart sont rudement prés.

Naîtèye, jouvence et pis éducation[amendaer | modifier le wikicode]

Jeanne est seûrement nèye en 1412 dans la maison famillière à sen père, fikèye auprés d’l’église ed Domrémy, sen ptit vilage dans l’Comté d’Bar (entre la Champagne et pis la Lorraine). Sen père s’appeleit Jacques d’Arc (ouben Dare, oubécô Tart) et pis sa mère Isabelle Romée (ouben Isabiau). La famille éteit coposèye ed chinc éfants. Durant sa jouvence, Jeanne fut décrite comme rudement pieuse par les ceux qui l’aveient connute dans çu temps-là. Les témoégnages à ses veisins et ses familiers durant sen pourchès d’réhabilitation rapportent eq Jeanne faiseit les tâkes du mênage, el filage ed la laine et du lin, qu’a donneit aïde pou les aoûts et queuquefeis pou la garde des berbis et pis des kièves. D’eune manière pus générale, esn’éfance ersemble à la celle ès autes filles du vilage. Faut noter qu’la présence d’eune particule dans sen nom n’indique brin eune origène dans la noblêche rapport eq çte particule pouveit ête portèye par des roturiers comme par des nobles oû XVe sièke. En pux ed ça, el nom à sen père, d’Arc, n’est point seûr d’ête ben écrit comme ça. Dans les dokeuments d’çt’époke, on lit Darc ouben Dare, Tart, Tare, Day oubécô Tarc.

La vie à Jeanne[amendaer | modifier le wikicode]

Jeanne d'Arc en costeume de manaunte dauns eun maneuscrit fait petit ampraés sa mort.

Jeanne oû vilage et les prémyires apparitiouns[amendaer | modifier le wikicode]

La maisoûn iyoù que Jeanne d'Arc est naée à Domrémy.

Jeanne, qu’oû vilage no-z-appelle Jeannette, a passaé sen éfaunche à Domrémy en Lorranne. Ch’est eun vilage dauns le Coumtaé de Bar et je soumes en plleine Gùerre dé Chent Auns countre les Aungllêches. Lé vilage iyoù qu’o vit est sus le doumanne des Ducs de Bouorgoungne qui sount touor-à-touor du côtaé fraunceis, pis du côtaé aungllêche.

Jeanne est eune p'tite bergère qùi va souovent à l’égllise du vilage, o vit d’ot ses parents et ses quatre frères et sœurs dauns eune maisoun simplle du bouorg que nos peut cô veî achteû. Ses parents sount Jacques d'Arc (ou Tart) et Isabelle Rommée (naée Isabelle de Vouthon, Jeanne dit qu'o s'appelle Isabeau - Isabiâo - oû prochaès), et il ount chinq éfaunts : Jeanne (Jehanne), Jacquemin, Catherène (Catherine), Jean (Jehan) et Pyirre (Pierre).

Ch’est, suuvaunt ses diries pus tard, oû moment de sen prochaès à Rouen en 1431, vers médi eun jouo d’étaé de l’aun 1425 qu’ol a entendeu eune vouéx et veu eune graund leumyire. Veichin coument qu’ol en pâle à sen prochaès :

« Quand j’eus l’âge ed trize ans, j’eus eune voès d’Dieu pour m’aidier à m’gouverner. Et l’prémier cop qu’j’eus çte voès, alentour l’heure ed médi, oû temps d’l’été, dans l’gardin d’men père, en eun jour ed jeûne. Ej n’aveis pas brin jeûné la veille. J’ouitis la voès du côté dreit dvers l’église, et rarement j’l’ouitis sans eune clartèye. En vertèye, y a eune clartèye du côté d’où qu’est ouitèye la voès. Y a commeunement eune grande clartèye. Quand j’vins en France, souvent j’ouitis çte voès. »

En déchembe 1428, o se départ de sen p’tit village iyoù qu’ol aveit tréjouos véqùu et enteprent de rejouenre le Rei de Fraunce qùi se treue adoun à Chinon dans la Louére. Aidyie pâ le Signeû de Vaucouleurs et d’ot déeus hoummes, ol atteint Chinon et est entendeue pâ le Rei. Cheti-chin est counveinqùeu, o li dit qu’o deit délivraer la vile d’Orléauns d's Aungllêches et le faire sacraer Rei à Reims, en terre prinse pâ les Aungllêches.

El départir de Domrémy pis l'viage tant qu'à Chinon[amendaer | modifier le wikicode]

Orléauns[amendaer | modifier le wikicode]

Ampraés Orléauns[amendaer | modifier le wikicode]

La Triplle Dounatioun et la sacratioun à Reims[amendaer | modifier le wikicode]

Patay et Coumpyigne[amendaer | modifier le wikicode]

Le prochès de Biâovais et de Rouen[amendaer | modifier le wikicode]

La fin de Jeanne[amendaer | modifier le wikicode]

La mémouère de Jeanne[amendaer | modifier le wikicode]

Chu que nen pensîtent les Fraunceis oû temps de Jeanne[amendaer | modifier le wikicode]

Dauns le Reyâome, la nouovelle devyint vîtement couneue et chu va criyaer pusuurs réactiouns d’admiratioun, d’arnouovellement de dévotioun en Duù, de benaisetaé ou de countentement. No peut luure le pouème de Christine de Pizan sus Jeanne d’Arc et, en luusaunt les paroles qu’ol a écrites, no se peut rende coumpte du sentiment de libératioun et de jouée esprimaé (no bâle ichin qùiques parties de La Ditié de Jehanne d’Arc qu'ol a écrit adoun que Jeanne éteit encô en vie, en 1429 ou 1430) :


Taexte en vuur fraunceis :
Je, Christine, qui ay ploré
Unze ans en abbaye close
Ou j’ay tousjours puis demeuré
Que Charles (c’est estrange chose !)
Le filz du Roy, se dire l’ose
S’en fouy de Paris, de tire,
Par la traïson là enclose :
Ore a prime me prens a rire !
L’an mil quatre cens vingt et neuf
Reprinst a luire li soleil !


Taexte en normaund :
Mei, Christine, qui ai pleuré
Onze ans en abbaye enfreumèye
Éyou qu'ej sis tréjous dmeuré dedpis
Eq Carles (c’est eune étrange cose !)
El fieu oû Rei, si j’l'ose dire
S’enfuit d'Paris, tout dreit,
Faute à la trahison qui s’y trouveit :
Or çu jour, pou la permière feis j'èm prends à rire !
L’annèye mil quate chents vingt-neuf
Erprint el solet à luire !


François Villon, qui est naé l’aunnaée de la mort de Jeanne en 1431, pâle de lyi dauns sen pouème Ballade des dames du temps jadis :


Taexte en vuur fraunceis :
Et Jehanne la bonne Lorraine
Qu’Englois bruslerent à Rouan
Ou sont elles, Vierge souveraine ?
Mais ou sont les neiges d’antan ?


En normaund :
Et Jeanne, la bonne Lorraine
Qu'Anglêches brûlîtent à Rouen
Éyou sont-i, Vierge souveraine ?
Mais éyou qu'sont les neiges d’antan ?

La mémouère de Jeanne de depis sa mort[amendaer | modifier le wikicode]

Ch'est oû XIXe syiclle que no-z-arc'menche à pâlaer de Jeanne d'Arc, qui aveit étaé pustôt oubliaée dauns les syiclles préchédents. L'historyin Jules Michelet d'abord, il arprent l'histouère de Jeanne d'Arc pouor écrire eun live, et de depis le XIXe syiclle Jeanne d'Arc n'a paé étaé oubliaée.

Pusuurs feûtent les écrivains qui ount rendeu hoummage à la Puchelle, et pouor biâocoup ch'est sen style de laungage dauns les Prochès de Biâovais et de Rouen qui impressiounnent. Jean Cocteau dit de lyi : « De touos les écrivains de Fraunce, Jeanne d'Arc est cheti que j'admire le pus. O singneit d'ot eune crouéx pisqu'o ne saveit paé écrire. Mais je pâle de sen laungage, et de ses brèves qui sount seubllimes. Pouorqui qu'ol écrit-ti, qu'o s'esprime si byin ? Ch'est qu'ol pense byin, et que ch'est la prémyire verteu d'eun style. O dit chu qu'o veurt dire, et en quiques mots. Les répounses de sen prochès sount des qués-d'œuve. Ses répounses réfllètent sa vie couorte et sensatiounnelle muùs que l'Histouère ne nouos la racounte. »