Live oû Cvalier d'la Tour Landry pour apprende à ses filles

De Wikipedia
Aller à la navigation Aller à la recherche
Çt'artike-cite fut cmenché en rouenneis Blason Rouen 76.svg
El cvalier enseigne à ses filles, manûcrit méyanâgeux.
El démon d'la vanitèye s'en prend à eune dame coquette.

El live oû Cvalier d'la Tour Landry pour apprende à ses filles (en vieux franceis : livre du chevalier de la tour Landry pour l'enseignement de ses filles) est un traitè d'éducation morale écrit pa l'cvalier Geoffroi d'la Tour Landry pour ses filles entre 1371 et pis 1373.

Cotnanche[amendaer | modifier le wikicode]

Çu live servit comme un guide pou les filles de la Tour Landry su l'coportement à aver oû moment d'la visite à la court réyale qu'éteit remplite ed courtisans qui les pourreient ahonnir ouben mette en débaux, ça qu'ahonnireit itou leux famille. L'écriveux éteit veuf, souchieux du ben-ête à ses filles. I prend eune pôture morale reide conte el coportement à ses pairs et pis il avertit conte les dangers d'la vanitèye.

Estrait[amendaer | modifier le wikicode]

Texte d'origène :

« Un autre exemple vous vueil dire des malvaises femmes de jadis, comme des filles Moab. Vous avez ouy comment Moab fut faulsement engendré contre la loy, et voulentiers de mauvais arbre ist mauvais fruit. Car ses filles furent folles et plaines de pechié de luxure. Dont il advint que Balaam, qui estoit payen, pour grever l’ost des filz Israël, fist cointir et parer celles folles filles de très riches draps, et puis les envoya en l’ost des Ebrieux, c’estoit le pueple de Dieu, afin de les faire pechier et de mettre Dieu contre eulx en yre ; si vindrent moult cointes et moult jolives en l’ost. Sy en y ot moult qui furent temptez et en firent leur fol delict, dont les princes de l’ost n’en firent point semblant, et Dieu s’en courrouça et manda par Moyse que les princes qui celle iniquité avoient faiste et soustenue feussent penduz et mis à mort, dont Moyse fit crier le ban que Dieu avoit commandé, et ainsi fut fait, et plusieurs furent occis et destruiz pour celluy fait et vil pechié de luxure. Si est cy grant exemple aux chevetaines des ostz qui sueffrent à faire force et qui sueffrent les grans ribaulderies, et pueent veoir comment il en desplaist à Dieu le père, et la pugnicion qui en fut faitte par son commandement, et puet l’en bien veoir comment tel pechié desplait à Dieu, et comment tant de maulx en adviennent, comme ouy avez et comme vous orrez, si comme le compte la Bible et la sainte Escripture. »

Traduction en normand rouenneis :

« J'os veux dire un aute exempe des mauvaises dames d'antan : les filles à Mouab. Os avez ouï comment Mouab fut faussement engendrè conte la lei, et pour seür, d'un mauvais âbe sort un mauvais frit. Car ses filles fûtent folles et pis pleynes ed pékiès d'luxure. Il avint qu'Balaam, qu'éteit païen, pour mette à mal l'armèye às fieux d'Israël, fit affubler les celles folles filles aveuc des rudement rikes draps, et pis il les envyit à l'armèye às Ébreux, c'éteit l'peupe à Dieu, pour qu'i pèkent et qu'Dieu sèye étrivè conte eux. Adon, pusieurs jolies filles vîntent à l'armèye. Gramment d'soudards en fûtent tentès et pis en fîtent leux fou maufait, et d'meŷme fîtent itou les prinches à l'armèye, ses généraux. Dieu s'en courrouchit ben et i cmandit par Mouïse qu'les prinches qu'aveient faite et pis soutnu çt'iniquitèye-là fussent pendus et pis mins à mort ; Mouïse créit çu cmandement qu'Dieu li aveit donnè, et pis ainchi fut fait, et pusieurs fûtent occhis pour çu vil pékiè d'luxure. Ainchi est iloc un grand exempe pou les chevetaynes d'armèye qui s'efforchent et pis qui souffrent des ribauderies, et qui peuvent ver comme ça déplaît à Dieu l'Père, et qui veient itou la peunition qu'en fut faite par sen cmandement ; et pis on peut ben ver comme çu pékiè déplaît à Dieu, et pis cment tant d'maux en aviennent, comme os avez ouï et pis comme os entendrez, sicomme el conte la Bibe et pis la sainte Écriture. »