Parabole des dîs mènes

De Wikipedia
Aller à la navigation Aller à la recherche
Ch't article feut coumenchi en cotentinais
Parabole des talents ou des dîs mènes

La parabole des dîs mènes est eune parabole dite par Jésus-Chrît qùi se troue dauns l’Évaungùile de Lû (19,11-27). Ol est reide coumparablle à la parabole des talents.

Taexte[amendaer | modifier le wikicode]

Évaungùile suusaunt Lû[amendaer | modifier le wikicode]

Évaungùile suusaunt Lû, capite 19, versets 11-27 :

« Pîque no l’écouoteit, Jésus ajouôtit d’une parabole : il éteit praés de Jérusalem et ses écouoteux penseient qué le riyâome dé Duu s'alleit mouôtraer à chu moment-chin. Veichin adoun chu qu’i disit :
– Eun houme de la nobllèche partit dauns eun louentan payis pouor se faire baillî la riyâotaé et arvenin par ampraés. Il appelit dîs de ses servaunts et armint à chaqù’eun d’eus eune soume dé la valeû d’eune mène ; pis i leus disit :
– Duraunt qué je syis en viage, faisaez de bouons bisiâos. Mais ses counchitadins l’ahonnisseient, et il envyîtent derryire li eune délégatioun pouor dire :
– Je ne vouoloums paés qué ch’t houme règne sus nouos-âotes.
Mais qu’i feut ravenun, ampraés aveî archeu la riyâotaé, i fit appelaer les servaunts à qùi il aveit armins dé l’ergent pouor saveî chu que les bisiâos aveient ramenaé. Le prémyî venit devaunt et disit :
– Signeû, la soume que tu m’aveis arminse a étaé multiplliaée par dîs.
Le rei li disit :
– Reide byin, bouon servaunt ! Pîque t’as étaé fiablle en si petite cose, archeis l’empire sus dîs viles.
Le segound venit pouor dire :
– La soume que tu m’aveis arminse, Signeû, ol a étaé multiplliaée par chinq.
À chuti-lo cô, le roué disit :
– Tei itou, seis le chef de chinq viles.
Le drényî venit pouor dire :
– Signeû, veichin la soume que tu m’aveis arminse, je l’i gardaée embobelinaée dauns eune teile. En effet, j’aveis poû de tei, car t’es eun houme qùi demaunde biâocouop, t’artires chu que tu n’as paé mins oû dépôt, tu fais l’aôt de chu que tu n’as paé sumaé.
Le roué li décllaqùit :
– Je vas te jugi sus tes paroles, servaunt mâonaé : tu saveis que je syis eun houme qùi demaunde biâocouop, que j’artire chu que je n’i paé mins oû dépôt, que je fais l’aôt de chu que je n’i paé sumaé ; adoun, pouorqùi n’as-tu paé mins l’argent à la baunque ? À m’n artouornement, je l’éreis arprins d’ot les intérêts !
Et le roué disit ès syins qùi éteient ilo :
– Artiraez-li chute soume et bailliz-la oû syin qùi nen a dîs feis dé pus.
I li feut dit :
– Signeû, i nen a dîs feis dé pus !
Et i répounit :
– J’ouos le décllare : no baillera oû syin qùi a, mais le syin qùi n’a ryin, no le veudera dé même de chu qu’il a. Taunt que pouor mes anemins, les syins qùi n’ount paé vouoleu que je régnisse sus yeus, amenaez-mei-les ichin et accounduusaez-les devaunt mei et escoffiaez-les. 
»

Coumprentioun[amendaer | modifier le wikicode]

O décrit eun maîte qùi étore ses servaunts mériteux et qùi nen punit eun âote caleux. Chute parabole s’enfère itou à la syine à la vraie vène (Jean 15,1-12), à chenna que ses ouâles bâlent du frit, qu’o suusent les vertus thiologales et cardinales. Les déeus paraboles pâlent itou du devenin des dannaés à la fin des Temps, oû moment du Drényî Jugement.