Parabole des talents

De Wikipedia
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Ch’t articlle feut coumenchî en côtentineis Blason département fr Manche.svg
Parabole des talents par eun artiste moderne

La parabole des talents est eune parabole évaungùélique dite par Jésus-Chrît. Ch’est eune parabole reide fort couneue. La parabole des talents est racountaée dauns l’Évaungùile suusaunt Matthuu (Mt 25,14-30) et il est reide proche de la parabole des dîs mènes biâo qu’o seit eun miot différaunte, et qùi se troue dauns l’Évaungùile suusaunt Lû (Lû 19,12-27).

Taexte[amendaer | modifier le wikicode]

Parabole des talents, Évaungùile des talents[amendaer | modifier le wikicode]

Évaungùile suusaunt Matthuu, capite 25, versets 14-30 :

« Ch’est coume eun houme qùi s’n alleit à viagi : il appelit ses servaunts et leus counfyit ses byins. À l’eun il armint eune soume de chinq talents, à eun âote déeus talents, oû treisyime eun seû talent, à chaqù’eun suusaunt ses capabilitaés. Pis i s’n allit. Sitôt, le syin qùi aveit archeu chinq talents s’n allit pouor les faire valeî et i nen gangnit chinq-z-âotes. Dé de même, le syin qùi nen aveit archeu déeus nen gangnit déeus âotes. Mais le syin qùi n’en aveit archeu qué eun seû allit cavaer eune houole dauns la terre et y muchit le talent à sen maîte. Loungtemps ampraés, le maîte de chus servaunts arvenit et i leus demaundit des coumptes. Le syin qùi aveit archeu chinq talents venit d’acaunt et présentit chinq-z-âotes talents et disit :
– Signeû, tu m’as counfiaé chinq talents, veilà, j’en i gangni chinq-z-âotes !
Le signeû li répounit :
– Reide byin, bouon et fiablle servaunt, tu feus fiablle pouor petit de coses, je t’en counfierai biâocouop ; entre dauns la jouée de ten signeû.
Le syin qùi aveit archeu déeus venit itou et disit :
– Signeû, tu m’as counfiaé déeus talents et veilà, j’en i gangni déeus âotes. Sen maîte li répounit :
– Reide byin, bouon et fiablle servaunt, tu feus fiablle pouor petit de coses, je t’en counfierai biâocouop ; entre dauns la jouée de ten signeû.
Le syin qùi n’aveit archeu qué eun venit adoun et disit :
– Signeû, je saveis que t’es eun houme dû : tu fais l’aôt iyoù que tu n’as paé sumaé, tu ramasses iyoù que tu n’as paé écllâodraé. J’i-z-ieu poû et je m’en syis allaé Michu ten talent dauns la terre. Le veichin, t’as chenna qùi est à tei.
Sen maîte li décllaqùit :
– Mâ servaunt caleux, tu saveis que je fais l’aôt iyoù que je n’i paé sumaé, que je ramasse le gran iyoù que je n’i paé ecllâodraé. Adoun, i falleit mette m’n argent à la baunque ; et, à m’n artouornement, je l’éreis artrouovaé d’ot des intérêts. Veudyiz-le doun de sen talent et bailliz-le oû syin qùi nen a dîs. Oû syin qùi a, no baillera cô et i sera dauns l’aboundie ; mais le syin qùi n’a ryin, no le veudera même de chu qu’il a. Taunt que pouor chu servaunt niôlu, jetaez-le dauns les ténaèbes dehors ; ilo iyoù qu’y éra des plleurs et des grindries de dents !
 »

Coumprentioun[amendaer | modifier le wikicode]

O décrit eun maîte qùi étore ses servaunts mériteux et qùi nen punit eun âote caleux. Chute parabole s’enfère itou à la syine à la vraie vène (Jean 15,1-12), à chenna que ses ouâles bâlent du frit, qu’o suusent les vertus thiologales et cardinales. Les déeus paraboles pâlent itou du devenin des dannaés à la fin des Temps, oû moment du Drényî Jugement.