Poume à beire

De Wikipedia
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Nous reveilo à l’arryire, la saisoun des poumes et du bouon beire. Lâonaunt le loung des caches, je sis dauns le cas de veî, à la carre de la cllosaée iyoù qu’i reste quiques poumyis, déeus vuules gens en souen de remplli leus pannyis, de comptaer les rasyires de poumes devaunt que de les raunçaer, promais qu’o seient bouones à pilaer.

Ch’est paé coume âotefeis que les cllos étaient pllens de poumyis de pllen vent, des hâotes tiges, dé dequi que les fermyis faisaient gros de beire, chaqueun pouor leu beuchoun, pouor venre és bistrots, et pouor bouilli la bouone goutte. Déme, il en fallait du beire, à plleins touniâos : tcheu nous, no bevait que du beire, oû tchu du touné, ou byin à la carre du cllos, eune feis l’ouovrage aquevaée ; les moques veudaient paé, les tasses de café étaient à mitan rempllies de goutte. Cha ya byin chaungi. Oû jou d’ annyi, y a pus mais de poumyis biâocoup par ichin.

Dauns les annaées 1960, les poumes valaient pus ryin. V’lo que les gens s’étaient accoutumaés à beire du vin et de la byire. De chu couop, les fermyis se dementîtent de touot copaer. I reste pus mais que quiques sortes.

J’i eun bouon amin, du côtaé de Sant-Sâoveu, qui s’est mins dauns l’idaée de retrouaer touotes les vuules espèches que pouvait yavaer avaunt la s'gounde Gùerre et juste ampraès. Biâocoup se sount touot bouonement évanins, niéés dauns la mémouère des gens. Il a même etaé jusqu’à acataer eun cllos, plauntaer des poumyis, les greffaer pouor avaer pusurs espèches différentes. Ainchin, il a greffaé:

  • du petit amé
  • du gros amé
  • du toré
  • de la contesse
  • du marin onfrey
  • du quate bir dous
  • de la belle file
  • du tapin
  • du reilé
  • du larges fuules
  • des loges
  • de la baratte
  • de l’equertile
  • du petit û
  • de l’olivyi
  • du griset
  • du gros jâone
  • du laundais
  • du boués jinguaun
  • du bllaunc mollet
  • des graunds braunques
  • du fuuillard, en veurs tu, en v’lo ! Et j’en ombllie, ch’est reide seu !

I creit même, en trachaunt byin, yête dauns le cas d’armountaer jusqu’oû XVIe syiclle, du temps iyoù que le gentilhoume normaund, Gire de Gouoberville, otchuppait ses ouvryis à pllauntaer et à greffaer de nouvelles espèches ! D’en par là, il est paé enco seu d’avaer trouvaé la « poume d’épice »si byin renoumaée . Mais il a paé enco dit sen drenyi mot !