Sonnet

De Wikipedia
Aller à : navigation, rechercher
  • Normaund de la Graund'Terre sounet
  • Jèrriais sonnet
Ch't' articl'ye fut c'menchie en Jèrriais Jèrriais
Des sonnets d'Shakespeare

Un sonnet est eune poésie à 14 lîngnes. San nom veint d'l'Italien et veurt dithe "eune pétite chanson".

Y'a des difféthentes manniéthes dé sonnet. lé sonnet fut înventé par l'Sicilien Giacomo da Lentini, épis transmîns en Tostchangne où'est qu'des sonnets fûtent composés par Dante.

Lé sonnet Italien avait eune partie en 8 lîngnes (en deux vèrsets d'4 lîngnes) épis eune partie en 6 lîngnes. Les rînmeurs proposaient un dêtou au mitan, un changement d'ton ou d'avis auprès la huitchième lîngne.

Nou rînmait pustôt coumme ches'-chîn:

  • abba abba cde cde
  • abba abba cd cd cd
  • abba abba cce dde
  • abba abba cdd cee
  • abba abba cd ec de

L'rînmeux Italien Francesco Petrarca composit les pus fanmeurs sonnets d'chu temps-là.

Lé sonnet crouaîsit en France et fut atchilyi par la dgaîngue dé rînmeurs mênommée La Pléiade. Les sonnets Français sont composés pustôt en alexandrîns.

Ch'fut Thomas Wyatt tch'apportit l'sonnet en Angliétèrre en translatant des sonnets d'Petrarca et d'Ronsard. Les sonnets Angliais sont composés pustôt en pentamètre iambique.

Les rînmeurs Angliais siévaient l'patron Italien pouor c'menchi, mais Messire Philip Sidney et d'aut's dêv'loppîtent lé sonnet en trais vèrsets d'4 lîngnes et un coupliet. Ch'est chu coupliet tchi présente lé dêtou, ouaithe qu'nou piêsse aver un p'tit dêtou ou eune nouvelle idée au c'menchement du traîsième vèrset. William Shakespeare fit sèrvi chu sonnet tchi rînme coumme chennechîn:

  • abab cdcd efef gg

Sonnets Nouormands[amendaer | modifier le wikicode]

Chu sonnet d'Aundré-J. Desnouettes (André Dupont) rînme ainchîn: abba abba bbc ddc

Dauns l' temps, l' roué Ph'lippe-Aoguste et lé roué d'Aunglléterre,
S'étaunt trachis du brit - jé m' rappell' pas porqui -
Yeun était eun brin nio, l' àot, d' excès défecti -
Sé chornît'nt eun bouon coup, n' trouvaunt ryin d'muus à faire!
L' proumi s' en vint tcheu nous et i nous fit la guerre!
I print la Nourmaundie et dé d'pis . . . la gardit!
Ch' est c' qué tout l' mound' sait byin, par'ai, ou jou d' annyit,
Qu' cha dat' dé chu roué d' Fraunce et du roué Jeaun sauns Terre!
Mais ch'ti-chin n' lâquit paè Jerri et Guernési!
L'âot' n' avait pas d' batiâos, et i n' peut qu' les guetti!
… Et por terjous, en déeus not' natioun feut copaèe!
Ch'est dounc rapport à cha qu'no vit, hélos, parfeis,
Coume à Algésiras, Troude aveu Sâomarez,
Les Normaunds des déeus bords qui s' fichaient des vloppaèes!


Ch't-ichin est en gùernésiais, à l'houneur de Jore Métivier, le prémyi rimeus de Gùernesey (1865).

Salut, jouie et santaï, noblle et cliever rimmeux,
J' géris dans ton cottage ove pliaisir ovec jouaïe,
Ch'est un autel pour mé, ch'est un templle enchanteux,
J'y z-ouait des dieux les chants dans l' son de ta douoche vouaie.
Jé vais sus tan biaux front un reflet pur, divin,
Qu'esperluz comme l'escliaït de ton coeur et de t'n âme,
Oh! men Gui qu'est que j' sens?... répond grand écrivain...
A t'n aspect, man chier George, je tréfis, je me pâme...
Palfrancordingue, os-tu, Jean vier rimmeux jérriais;
Prend d' men fortificat, ch'est un corguial, un balme,
Meilleur que l' vin brûlaï du vier Nico Pérrais.
Ouais-tu, George, les biaux chants?... oh! v'lo n'nier les neuf soeurs,
Pour couronner ton front, pour te baillier la palme,
Qu'Appollon a quilli pour té, rouais des rimmeurs.

La Gazette Officielle de Guernesey 1yi de juilet 1865. venaunche


Viyiz étout[amendaer | modifier le wikicode]