Alexandrîn

De Wikipedia
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
  • Normaund de la Graund'Terre alexaundrin
  • Jèrriais alexandrîn
Ch't' articl'ye fut c'menchie en Jèrriais Jèrriais


Dans la poésie, un alexandrîn (audgo alexandrîn; Normaund de la Graund'Terre alexaundrin) est un vèrset à douze syllabes. Ch'est un mètre classique dans la littéthatuthe Française. Lé nom veint d'Alexandre dé Paris, un auteu Nouormand du 12e siècl'ye tch'êcrivit Li romans d'Alexandre et tchi fit sèrvi chu mètre dans ses vèrsets.

Wace fait sèrvi d's alexandrîns dans san Roman de Rou, mais r'nonchit l'alexandrîn en êcrivant et r'vînt à des vèrsets à huit syllabes. Né v'chîn lé c'menchement d'la Chronique Ascendante:

Mil chent et soisante anz out de temps et d'espace
puiz que Dex en la Virge descendi par sa grace,
quant un clerc de Caen, qui out non Mestre Vace,
s'entremist de l'estoire de Rou et de s'estrasce,
qui conquist Normendie, qui qu'en poist ne qui place,
contre l'orgueil de France, qui encor les menasce,
que nostre roi Henri la congnoissë et sace.

Jèrri[amendaer | modifier le wikicode]

D's auteurs Jèrriais du dgiêx-neuvième siècl'ye faîthaient sèrvi d's alexandrîns. Né v'chîn un but d'Matchi L'Gé, daté 1795:

Si quicun veut du sno, bon, frais, fort, bain râpait,
Y ly faut l'acaté siés Mousieu Simonet.

Jean Sullivan siévait des patrons Français en composant en Jèrriais:

Tu n'est chai ni paisson, tuest un vier herquignoeux,
Qu'est qui perdra Gerry? chest bain la langue anglaise,
A chinquante ans d'ichin' nou n'paslla pus un mot
De man bouan vier patois. - Agui langue Gerriaise
(Guialogue en Patois Gerriais, 1864)

L's auteurs dé Jèrri laîssîtent tchaie la poésie syllabique duthant l'dgiêx-neuvième siècl'ye, et préféthaient pustôt la poésie métrique.

Dgèrnésy[amendaer | modifier le wikicode]

En Dgèrnésy, Denys Corbet 'tait acouo à faithe sèrvi d's alexandrîns par des bords dans ses Chànts du Drain Rimeux. Né v'chîn des vèrsets du c'menchement d' La Tuerie:

La grànd' pelle est sus l'faeu; ch'est agnet la tûrie,
Et sus l'quiâter mourra, respet d'vou, la viêill' trie.
Alle aveit treis àns hier; alle à yeu chinq fouillières;
Mais il est, mésouain, temps qu'a' c'menche à ses perières;

Cotentin[amendaer | modifier le wikicode]

Chute sectioun est merqùie en Cotentinais Normaund de la Graund'Terre


La pouésie cotentinaise coumprend itou, lli, qùique biâos alexaundrins. No-z-en deit de reide biâos oû maîte Côtis-Capel. Cha feut eune belle ouovrage qué d'écrire le Rôt de la mé:

(en treis catrins d'alexaundrins)

Quaund lus gens sount partis, ch'est pouor les syins qùi restent
Qùé le rôt de la mé, l'hivé, s'amounte dauns nous ĥanmiâos
Oh , fais doun graund brit. Ch'est pouor les syins qùi restent.
Travâlent-i, ou groument-i, meurent-i dauns lus bâtiâos ?


Brit de la mé, nyit d'hivé, cha qué je té troue terriblle !
Brit de la mé, seir d'avri, t'es itou men amin.
T'entenre sauns trembllaer-nun, pouor mei ch'est impossiblle,
Ch'est coume lé rabâchement d'eune horreu de litanîn.


Je m'en vyins gùettyi la mé qùi se nînt dauns la brunâle
Dreit coume l'iâo s'aneirchit, à la tumbaée de la nyit
Où pus petit écllipet, dauns m'n idaée, touot tressâle,
Je pense és péris d'hiyi, je pense és pêqùeus d'anhyi.
Côtis-Capel

Césuthe[amendaer | modifier le wikicode]

Chutte section fut c'menchie en Jèrriais Jèrriais

Dé couôteunme, un alexandrîn a eune césuthe (du Latîn: caesura, cop'thie) au mitan, auprès l'siêxième syllabe. Par exempl'ye:

  • La grànd' pelle est sus l'faeu; || ch'est agnet la tûrie,
  • A chinquante ans d'ichin || nou n'paslla pus un mot
  • Y ly faut l'acaté || siés Mousieu Simonet.
  • Mil chent et soisante anz || out de temps et d'espace
  • Dreit coume l'iâo s'aneirchit, || à la tumbaée de la nyit

- mais nou trouve étout, sustout dans la poésie Française des alexandrîns auve deux césuthes tchi tchièrchonnent lé vèrset.