Sus la mé

De Wikipedia
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Sus la mé est eune caunchoun normaunde reide couneûn, pîqu'ôle est devenûn achteu coume en hymne du Cotentin. Ôle a 'taé féchounaée par Alfred Rossel et et chauntaé pouor le prémyi couop par Charles Gohel.

Arfran

Quaund jé syis sus lé rivage
Byin tranqùile: ête-ous coume mei ?
Je pense és syins qùi sount en viage
En viage ou louen sus la mé
En viage ou louen, en viage ou louen sus la mé

Coupllets

I.

La mé ch'est vraiment superbe,
Et j'aime byin quaund i fait biâo
L'étaé dauns nous cllos en herbe
La veî s'endormin eun miot
Mais quaund o fâche la vilenne
Et que no-z-entend de tcheu nouos
La grosse voués de la sirenne
No-z-en a quasiment poue

II.

J'aime byin dauns les jouors dé faête
Quaund que nous batiâos sount à qùai
À l'abri dé la tempaête
À Tchidbouo coume oû Beqùet
Ch'est lo qùi sount le muus sauns douote
Des troués couleurs pavouésaés
Mais, de nyit, dauns la Dérouote
hélos ! qù'i sount esposaés

III.

Quaund o sâote pas'sus la digue
De qùi qu'o fait trembllaer les bllos
Qu'à l'aunqué le vaissiâo fatigue
Ah veire ! jé pense és matelots
Arvérount-i leus vilages
Et pouorount-i raterri
J'avaouns de si mâovais parages
De Barflleu jûqu'à Gouory

IV.

J'i déeus fis dauns la Marène
Déeus forts et ĥardis gaillards
L'eun revyint dé Cochinchène
L'aôtre dé Madagascar
I rentent leus corvaées faites
- D'y pensaer no n'en vit paé ! -
Mais qué je pllains sauns les counaîte
Ceusse qùi sount restaés là-bas !