Cantilène de sainte Eulalie

De Wikipedia
Aller à la navigation Aller à la recherche

La cantilène de sainte Eulalie est un des premiers textes que nos a en français ou, pou' dire les coses pus préchisément, en gallo-roman, la langue qui dérivit du latin et dounit ensûte le vieur français, le vieul arpitan et le vieul occhitan.

La cantilène de sainte Eulalie fut écrite devers l'an 880.

Texte[amendaer | modifier le wikicode]

Écrit d'orène Traduction normande

« Buona pulcella fut Eulalia. Bel auret corps, bellezour ánima.
Voldrent la veintre li Deo inimi. Voldrent la faire diaule servir.
Elle no'nt eskoltet les mals conseilliers ; qu'elle Deo raneiet, chi maent sus en ciel.
Ne por or ned argent ne paramenz, por manatce regiel ne preiement,
Niule cose non la pouret omque pleier, la polle sempre non amast lo Deo menestier.
E por o fut presentede Maximiien, chi rex eret a cels dis soure pagiens.
Il li enortet, dont lei nonque chielt, qued elle fuiet lo nom chrestiien.
Ell'ent adunet lo suon element : Melz sostendreiet les empedemenz
Qu'elle perdesse sa viriginitet. Por o's furet morte a grand honestet,
Enz en'l fou la getterent com arde tost. Elle colpes non auret, por o no's coist.
A czo no's voldret concreidre li rex pagiens. Ad une spede li roveret tolir lo chief.
La domnizelle celle kose non contredist. Volt lo séule lazsier, si ruovet Krist.
In figure de colomb volat a ciel. Tuit oram que por nos degnet preier
Qued auisset de nos Christus mercit post la mort et a lui nos laist venir
Par souue clementia.
 »

« Bouenne puchelle fut Eulalie. Bel elle avait le corps, 'co' pus belle l'âme.
Voulirent la veinc'e les ennemis de Dieu, i's voulirent la faire servi' le Diab'e.
Elle n'écoute mot de ches mauvais conseillers, qu'a' r'nie Dieu, Qui r'maint sus oû ciel.
Ni pou' de l'or ni de l'ergent ni des parements, des menaches reyales ni des priements,
Nulle cose n'airait jamais peû la faire pleyer, que la jeunette n'aimât le serviche de Dieu.
Pou' chenna a' fut présentèye à Maximien qui était rei en ches jours su' les païens.
I' l'exhorte, mais i' ne li caut rien, qu'a' fuie le nom chrétien.
Alle en avoue sa fei : mieux soutienrait les tortures
Qu'a' perdît sa virginité. Pou' chenna a' mourrait en bouenne hounêteté.
Ainsi la jettèrent-i's pou' qu'alle ardît. Elle n'avait de coulpes, pou' cha a' ne cuisit pas.
Le rei païen n'ayant voulu y creire, i' requis qu'on li fît tollir le chief.
En figure de coulomb a' vola oû ciel. Trétous, preyoms qu'a' daigne preyer
Que nous ayoms du Christ merchi amprès la mort et qu'à li i' nous laisse veni'
Par sa clémenche. »