Gréâ

De Wikipedia
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Ch’t articlle feut coumenchî en côtentineis Blason département fr Manche.svg
Le Roué Arthû, les qùevalyirs de la Tablle Rounde et le Saint-Gréâ.

Le Gréâ ou Saint-Gréâ (ou Gréale) est eun artifaille mythique (pustôt eun godé) qùi vyint des diries du Roué Arthû et qùi est l'objaet d'eune qùête pouor les qùevalyirs de la Tablle Rounde. À parti du XIIIe syiclle, il est assimilaé oû Saint-Caliche (la couope qùi archeut le saung du Chrît) e prent le noum de Saint Gréâ. La nateure du Gréâ et la thématique de la qùête qùi li est ramarraée fîtent naîte bellement d'interprétatiouns symboliques ou ésotériques d'ot biâocouop d'illûtratiouns artistiques.

Origène du mot Gréâ[amendaer | modifier le wikicode]

Le mot Gréâ en normaund vyint du vuû fraunceis greal qùi éteit eune variaunte de graal qùi a bailli le mot fraunceis actué Graal. Dauns le Seud de la Fraunce, en pays occitan, no troue la fourme grasal ou grasau (en occitan actué lo Grasal). Touos chus mots sembllent venin d'eun mot latin gradalis qùi veurt dire « godé ».

Origène des diries[amendaer | modifier le wikicode]

Les diries arthuriennes a pouor prémyî souorsin la matyire de Brétangne qùi racounte les diries des Cheltes britanniques, peuplles qùi viveient en Aunglléterre mais que les envahiments germaniques (peuplles Aunglles et Saxouns qùi envahissent les îles britanniques à parti du Ve syiclle) chouolent devers les côtes vouêt (eune partie de chus Cheltes va migraer oû VIIe syiclle en Armorique, chu sount les aïeus ès Bretouns d'anhyi). Ch'est la raisoun pouorqùi que le bretoun et le gallouais de Galles s'entersembllent biâocouop, et que no peut trouovaer les mêmes diries en Brétangne, en Cornouailles aunglleises et en Galles (Preiddeu Annwn, Culhwch ac Olwen etc.). Des déeus acaunts de la mé, le Roué Arthû appareît coume eun gùerryî et eun chef d'armaée qùi devyint ensuute Roué dauns les racounteries des historiens (Annales Cambriae, Historia Brittonum, Historia regum Britanniae). Pus tard, les écriveux frauncs et les syins de l'Empire Pllauntagenêt ount biâocouop ramendaé la matyire originelle ot des ajouôtements de leus imaginatioun-même ou d'âotes traditiouns (coume la traditioun chrétienne, par exemplle). La matyire principale de chus écriveux « fraunceis » est l'acchentuatioun minse sus les valeurs qùevalyireuses typique de la Fraunce du Nord et les arférements à l'amouô couorteis typique de la Fraunce du Seud (le « fin amor » des pays de traditioun occitanne, Alyénô d'Aqùitanne aveit sa couort à Pouétyirs). Chenna a-z-ieu coume counséquenche d'ameindri les origènes cheltiques et bretounes.