Hougue Bie

De Wikipedia
Aller à : navigation, rechercher
Ch't' articl'ye est êcrite en Jèrriais Jèrriais


La chapelle et l'entrée d'la tombe
La Tou du Prînce par Philip John Ouless

La Hougue Bie (audgo La Hougue Bie; Normaund de la Graund'Terre Ĥougue-Bie) est un monûment Néolithique en Jèrri - iun des pus grands et bein prêsèrvés en Ûrope. La tombe fut dêcouvèrte en 1925 duthant eune fouoill'lie par la Sociêté Jèrriaise.

La tombe fut couvèrte par un ênorme mondrîn, mais tchiques siècl'yes auprès la bâtithie, ou fut abandonnée et oubliée.

Au Mouoyen Âge, des chapelles Chrêtchiennes fûtent bâties sus l'mondrîn: la chapelle dé Notre Dame de la Clarté au douzième siècl'ye, et pis la chapelle dé Jérusalem en 1520. Ch'fut l'Sieur Richard Mabon, Douoyen d'Jèrri, tchi 'tait l'bâtisseux d'chutte dèrnié chapelle et nou dit tch'i' soulait y présenter des fausses mithacl'yes à seule fîn d'gângni des sou des pélérîns.

La légende d'la Hougue Bie - du dragon et du Seigneu dé Hambie - est bein connue. Nou soulait dithe qu'lé dragon avait 'tait entèrré souos l'mondrîn, ou pustôt qu'lé mondrîn avait 'té êl'vé sus l'corps du dragon, et qu'la Danme dé Hambie pouvait vaie l'mondrîn des tours dé Coutanches car ch'fut là qu'lé Seigneu avait 'té entèrré étout.

La fanmil'ye D'Auvergne transformit les ruinnes des chapelles en eune grand' maîson aristocratique d'vièrs 1780 tchi 'tait connu comme la Tou du Prînce. Ou d'vînt eune attraction pouor les touristes tchi c'menchîtent à v'nîn en Jèrri. Ch'tait iun des preunmié bâtisses du'la manniéthe Néo-Gothique en Jèrri. Y'avait eune supèrbe veue du haut d'la Tou, et un hôtel fut bâti à côté envithon 1830.

La Sociêté Jèrriaise acatit la propriêté en 1919 et dêtruîsit la Tou et l'hôtel.

À ches drein, nou-s'a r'grée l'entrée pouor mouontrer l'"us" originna. Quand les r'chèrcheurs avaient trouvé la tombe dans l'mondrîn ès années 20 du vîngtchième siècl'ye, il' avaient construit eune tonnelle en chînment. Mais chutte tonnelle n'taient pon drait - ou 'tait horte d'êtchèrre et chenna n'allouait pon au solé d'entrer dans l'tchoeu d'la tombe. À ches drein, nou-s'a dêcouvèrt qué, duthant l'êtchinnoxe du R'nouvé et du S'tembre, lé solé l'vant illeunminne lé d'dans d'la tombe. Et à part chenna, la tonnelle 'tait bein laie.

La r'graiethie du mondrîn n'fut pon fait sans bein d's ardguments, et y'a acouo les cheins tchi disent qu'lé travas a 'té eune mêprînse. Mais i' faut dithe qué nou-s'a eune miyeuthe idée d'la tombe et s'n appathence dans les touos anciens temps, même si ch'est un mio chotchant d'vaie un monûment si bein connu d'eune faichon bein difféthente. Nou-s'accouôteunme à tout.

D'dans la tombe, y'a d'l'êcliaithie pus modèrne et pus discret ach'teu tch'a amendé l'atmosphéthe du monûment pouor lé vîsiteux.

Nou-s'a dit qu'souos l'mondrîn y'a eune deuxième tombe, mais les r'chèrches auve lé radar et d'aut's mouoyens modèrnes n'ont rein trouvé.

Viyiz étout[amendaer | modifier le wikicode]

Commons-logo.svg

Y'a acouo d'tchi à vaie ou à ouï entouor
La Hougue Bie
siez la C'meune à Ouitchimédia