Louis Beuve

De Wikipedia
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Louis Beuve ou Maîte Louis, est naqùi le 21 dé décembe 1869 à Quettreville-sus-Sienne, yoù qù'i mouorit lé 17 de juin 1949. Il 'tait eun poète et merqùeus fraunçais de laungue normaunde.

La vie de Maîte Louis[amendaer | modifier le wikicode]

Il 'tait d'eune famîle du veisinage dé Lessay, yoù qù'il aprit à préchi tcheu ses gens. Ampraès aveî fait eun miot d'études à Caen et sen service militaire à Tchidbouo, Louis Beuve s'n alît travailli coume pétit coumis de libraîrie à Paris. Dé se trouaer si louen de tcheu li et de sen pais, il en feut eun miot malhéreus et cha le démentait des couops. Cha vint que cha li dounit l'envie de merqùis des mot dauns noute loceis normaunds, des pouésies et des rînmes, rapprt à chau qù'il 'tait venin eun jouo de 1890 à Tchidbouo entenre chauntaer les caunchouns d'Alfred Rossel.

Racachi a Paris, i foundit la Sociétaé et le jouorna du Modèle:Bouais-Jan avec le peintre et conteus Fraunçoués Énault en 1897.

Rentraé dauns sen Cotentin, i devyint le directeu du petit jouorna de Saint-Lô : Le Courrier de la Manche, et cha jûqu’en 1944, quaund la ville aveu touote sa maisoun et le jouorna feûtent ébrésilli, bre^laés et acrabouis par les boumbardéments amérqùains. Il avait trouvé pour désigner ce drame inutile le nom de « graunde breûlerie ».

Acabassaé et attristaé par le ramas de pyires qù'téait dévenin la Normaundie, i se rentrit sus sa terre, là ioù qù'il 'tait naqùit, à Quettréville, et ch'est lo qù'i mouorit, lé 17 de juin 1949. Il eût les « Treis Cats » coume poèle à l'égllise, et ch'est dauns chu chimetyire qù'i feut mins. No-z-y veit enco sa pyire.

Lé régiounaliste[amendaer | modifier le wikicode]

Maîte Louis Beuve, qu'avait fait ses écoles lounguement, 'tait qùiqu'eun qùi counaissait byin l'histouère dé la Normaundie et qu'avait de la remarque pouor la graundeu passaée des dus de Normaundie et des roués de Sicile. I feut ieun qùi fit les graundes fêtes du millénaire du Cotentin à Couotaunches en 1933.

I fit arcounaîte tcheu les syins qùi l'écouotait ou qùi luusait sen jouorna, lé souovenin, la laungue et les couteumes normaundes d'hiyi. Il aingùit Emile Vivier a faire arbâti. I ravageait d'artrouaer sa duchie reide fyire de sen histouère, dé sen passaé de glouère, qùite à che que touot reseit dit ou fait en nourmaund. Il t'ait à mitaun des syins qùi vouolait eune Normaundie qùi vive par lli et pouor lii, dauns touote sa fyirtaé normaunde.

Ch'est aûssi pouor cha qù'i s'intéressit à l'histouère nordique, et il inventit le Souopaer des Viqùins. Ses amins et li s'y venaient a l'entouo d'eune graund tablle, pouor eune assembllaée, dauns l'esprit des repas escaundinaves. Ches souopaers-lo feutent suusus maême ampraés sa mort, par lé fait de l'abbaé Lélegard. Ch'est achteu finin, pîsqué ch't-ichin est mort itou (1994).

En touot cas pouor sû, Maîte Louis reussit touot de maêm à armette eun miot dauns le qùœu des gens et des syins du Cotentin, l'idaée d'eune âme normaunde, coume no veit qu'o se pouorsu tcheu les souoneus de Magène et qùiques âotes du Viqùet.

Et touot cha, cha vyint de ses caunchouns et de sés pouésies, dount la pus couneue est byin enco La Graund Launde.

S'n œuve littéraire[amendaer | modifier le wikicode]

Les merques dé maîte Louis Beuve sount quasiment touotes merqùies en normand cotentinais du trîge dé Lessay et de Couotaunches. Ol'ount 'tait byin veues coume dé belles lettes par Rémin de Gouormount et Henry Bordeaux.

Couotaunches, la capitale du Cotentin, avait eune graund pllèche dauns les pouésis normaundes dé Louis Beuve, qùi tréjouos qù'i passait lo, il avisait la cathédrale do ses graunds uurs, et à la vei dauns touote sa fyitaé et sa graundeu, cha li f'sait qùique seit. Il en préchit byin des coups.

Itou, il a byin merqùis sen amouo de sa terre et de ses gens, i fait partie des pus graunds de la littérateure en normaund. I dounait du sens à touot et i feut doun eune référence pouor les merqùeus et les pouètes venins ampraés li, coume Côtis-Capel, pouor né dyire qué li.

  • Chansons :
    • Les Vuules Quérettes (1895), sus l’air dé J’suis natif du Finistère
    • La Cainchoun du bouon beire (1897), sus l’air des BœufsPierre Dupont
    • N’y a paè d’poumes (1897), sus l’air dé la Ferme aux fraises
    • Les Adieux d’eune graind mère à sen fisset louaé np’tit valet l’jou d’la Saint-Cllai (1897) sur l’air du Biniou de Durand
    • L’s Houmes counséqueints d' par chin (1898), sus l’air d' En avant la Normandie
    • Ma Vuule Égllise (1897)
    • Tcheu sei (1897), sus l’air de la Maison de mes parents - pis meusique dé Hippolyte Mariette
    • La Galette de s’rasin (1897), sur l’air de la Ronde des châtaignes de Théodore Botrel
    • Les Pllaintes d’eun touornous d’gigot
  • Pouésies :
    • Les Countes d’âotefeis (1895)
    • La Graind Lainde (ou la Graund Launde), mise en musique par l’association Magène dans le CD La Louerie (1994).
  • Romaun (paé fini,) :
    • La lettre à la Morte (texte mins dauns les Œuvres choisies, 1950)
  • Contes
Folklore dé la région sud de Coutances et du canton de Montmartin-sur-Mer, paru dans le Bouais-Jan en 1900-1901 :
    • Conte de la bouanne fomme âo tas de bllé
    • La Mère Lalie à la linsive
    • L’Petit Domestique du moulin d’Hyanville
    • Les Ch’vas virlis
    • Conte de fileresse
    • Conte des deux petits ermites
    • Conte du biau soldat qui n’avait pas pôu et qui happit l’trésor âo diabe
    • Les Devilâles
    • Les Quéras et l’s enquérâodements
    • Deux petits contes du hât et du bas de la tabe : l’bouan beire et l’pétit beire à Jean Lapouque ; conséquense imprévue des noces de Cana
    • Conte de Jean Bart
    • Poétiques traditions : la Bête Saint-Gire ; la bouane Virge et les qu’nâles ; les r’vénants qui prêchent ès qu’nâles

Bibliographie[amendaer | modifier le wikicode]

La plupart de ses écrits, dont une partie des titres cités ci-dessus, sauf sa riche correspondance, a été rééditée dans un ouvrage en hommage posthume, par ses admirateurs :

  • Louis Beuve, Œuvres choisies, 1950.
  • Louis Beuve ; Jacques Mauvoisin (avant propos),La Lettre à la morte (roman inachevé), Saint-Lô, Cahiers culturels de la Manche, 1999, 239 p.

Lians dé deĥors[amendaer | modifier le wikicode]