Chifournie

From Wikipedia
Jump to: navigation, search
Ch't' articl'ye fut c'menchie en Jèrriais Jèrriais
Eune chifournie

La chifournie ou chifouornie ou vielle à reue est un înstrument d'mûsique à cordes frottées par eune reue en bouais au lieu d'un artchet. La reue est touônnée par eune channole auve la main drouaite, tandi qu’ la main gauche du sounneux joue la mélodie sus un cliavé. I' y'a au mains eune corde mélodique, ou chant’relle, et des bouordons tchi sonnent eune note fixe.

Hurdy-mecanism.jpg

Au-d’ssus des bouordons nou trouve tchiquefais des cordes sŷmpathiques tchi donnent au ton un caractéthe pus doux.

La trompette, eune corde tchi produit lé son rythmique dé ch’t înstrument, pâsse au-d'ssus du tchian, un p’tit j’valet fliottant tchi tressonne contre l'amet, ou tabl’ye d'harmonnie.

Tchiques noms Ûropéens pour la chifournie: France (vielle à roue); Grande Brétangne (hurdy gurdy); Espangne (zanfoña); Hongrie (tekerölant); Italie (ghironda); Allémangne (Drehleier).

L'originne du nom[amendaer | edit source]

L'nom chifournie veint probabliément du Grèc symphonia. En vièr Français nou trouve étout les patholes chiffonie et symphonie tchi désîngnent eune p’tite chifournie en forme dé bouaîte bêlongue (13e et 14e siècl’yes.)

L'histouaithe d'la chifournie[amendaer | edit source]

L'organistrum

La chifournie appathaît dès le Mouoyen Âge. La preunmié forme connue 'tait l' organistrum, un înstrument des 10e et 11e siècl'yes tchi servait pour accompangni lé plain-chant. Nou-s'en trouve des nombreurs portraits stchulptés (capitchieaux d'églyise). La chifournie bêlongue appathut au 13e siècl'ye, à êt' rempliaichie par d's înstruments tchi r'sembl'yent un mio ès formes actuelles comme nou vait dans l'portrait "L'Enfé" dé Jérôme Bosch.

Au 16e siècl'ye ou tchit hors d'usage dans la bouonne sociêté. L’usage d’la chifournie fut întèrdite par la confréth'thie d'musiciens d’Saxe, par exempl’ye. Ou d'vînt un înstrument d'bédgeux, comme nou vait dans les portraits d’sounneurs par Georges de la Tour, mais ou r'gângnit sa vidgeu au 18e siècl'ye. À la fîn du 17e siècl'ye la forme d'la chifournie 'tait tréjous sîmpl'ye et rustique, et ch'est à Vèrsâles qu' les faiseurs c'menchîtent à mettre d's mécannismes dé chifournie sus des corps dé dgitare ou dé lûth. Des belles chifournies fûtent faites pouor l's aristocrates par des faîseurs comme Varquain et Louvet à Paris, et Vivaldi, Corrette et Chédeville fîtent des compositions. La faîchon pâssit au temps d'la Révolution Française, mais ou sûrvêtchut jusqu'au 20e siècl'ye comme înstrument paysan ou d'colporteux.

I’ n’y avait pon vrainment d’tradition en Angliétèrre d’pis l’Mouoyen Âge, à part d's ramonneurs Savoyards ès 18e et 19e siècl'yes, et d'autres beustcheurs comme Old Sarah, rencontrée à Londres par l'journaliste Henry Mayhew d'vièrs 1850.

La chifournie a 'té ravigotée d'pis l's années 1970 auve la r'dêcouvèrte d'la mûsique et d's înstruments anciens et l'enrègistrement systèmatique d's sonneurs traditionnels. Ach'teu i' y'a pus d' trente faîseurs d' chifournie en Ûrope et l'înstrument est acouo pus populaithe qu' janmais. Lé style dé jeu d'la gênéthâtion actuelle dé sonneurs dé chifournie a 'té înspithé par l's sonneurs Français Gaston Guillemain (1870 - 1965) et Gaston Rivière (1909 - 2004) mais l's styles modèrnes sont dans un êtat dé dêveloppement constant înfluencé par d'autres genres d'mûsique (rock, jazz, mûsique êthnique) et par d's sonneurs comme Valentin Clastrier, Jean-François "Maxou" Heintzen et Nigel Eaton.


Tchiques faîseurs d’chifournie en France:

  • Colson
  • Thouvenel (Mirecourt, Vosges: 18e siècl'ye)
  • Varquain (Paris: 18e siècl'ye)
  • Pajot
  • Tixier
  • Nigout
  • Pimpard (Jenzat, Allier: 19e siècl'ye)

La chifournie ès Pays Nouormands[amendaer | edit source]

Eune chifournie

Nou jouait la chifournie sustout dans l'Bocage Nouormand et dans l's Îles d'la Manche. Edith Carey nos dit qu'la chifournie dispathut d'Dgèrnésy au 19e siècl'ye; s'lon Fraînque Le Maistre ou dispathut dé Jèrri d'vièrs 1914. Les dreins sounneurs traditionnels dé chifournie en Nouormandie fûtent Constant Catherine (1853-1933), musicien et ouvriyi agricole dé St Pierre-Tarentaine (Calvados), et Louis Mangeant (1862-1926), cordonnyi d'mêtchi dé Drucourt (Eure).

Les chifournies fabritchies en Nouormandie 'taient faites sustout en forme dé dgitare. Chutte tradition d'fais'sie locale fut détouônnée assez tôt au 19e siècl'ye par l'împortâtion d's înstruments faits à Mirecourt et Jenzat.

Tchiques faîseurs d'chifournie en Nouormandie:

Réféthences[amendaer | edit source]

  • Ducastel, Denis et al (1995) La vielle en Normandie. Le Pucheux: bulletin de recherches d'histoire et traditions normandes. 56.(Spécial Vielle en Normandie)
  • Le Maistre, Fraînque (1976) Dictionnaire jersiais-français: avec vocabulaire français-jersiais. St. Hélyi: Lé Don Balleine.
  • MacCulloch, Edgar (1903) Guernsey folk lore / From mss. by the late Sir Edgar MacCulloch ; edited by Edith F. Carey. Dgèrnésy: F. Clarke. pp. 547-611
  • Redhon, François (1984) Pratiques musicales traditionnelles en milieu rural dans la Normandie de 1789 à 1914. Le Pays Bas-Normand: société d'art et d'histoire (77) 1. pp.19 - 123.
  • Palmer, Susann (1980) The hurdy gurdy. Londres: David & Charles.