Révolte ed la Harelle

De Wikipedia
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Çt'artike-cite fut cmenché en rouenneis Blason Rouen 76.svg
L'arrivèye à Carles VI à Paris amprès la révolte des Maillotins, queuques jours amprès la celle ed la Harelle à Rouen. L'arrivèye à Carles VI à Rouen dveit ête ed meŷme.

La révolte ed la Harelle est eune révolte populaire qui s’est pourduite à Rouen en Normandie oû en 1382. C’est eune des pusieurs révoltes qui cmenchîtent dans tout l’Réyaume ed France durant çt’annèye 1382 comme la celle ès « Maillotins » à Paris où la celle ès « Tuchins » en Languedoc. Çte révolte fut mnèye en réaction conte l’oppression fiscale, les collecteux d’taxes et les usuriers fûtent les ceux désignés par çte révolte des ptites gens.

Cause et déclenchement[amendaer | modifier le wikicode]

La révolte ed la Harelle (du nom de « Haro ! », la clameur ed haro, çu cri qu’les émeutiers pousseient pour traire sur eux l’attention) éclatit à Rouen l’dimanche 24 ed février d’1382 mais qu’el peupe ed Rouen apprend l’rétablîment des coterbutions indirectes (dites aides) sû les marcandises, en particulier sû l’sel et sû l’vin, délibérèye par eune ordonnance réyale sû la perception dz’aides du 15 ed janvier d’1382 et à mette en application l’1er d’mars sieuvant. La Normandie donne el signal ed la révolte sans espérer la date ed perception des nouvelles aides. Citèye d’cmerche grappèye à ses privilèges obtenus grâche à la Charte ès Normands accordèye pâ Louis X en 1315, Rouen trouve ces nouviaux impôts injustifiés.

El 24 ed février à matin, pus d’deux cents ouvriers « mécaniques », du textile sutout, s’rassemblent à l’entour ed l’Hôtel ed Vile éyou il actionnent eune des clokes du beffrei pour donner l’alarme, pis i vont jusqu’au Vieux Marké. Tout cmenche comme el carnaval d’avant Quérême, i s’chouésissent eun « Rei » et ça sra Jean l’Gras, eun marcand-drapier qui préside, bien d’maugré, çte mascarade. Il est pourmné sur eun char dans toute la vile, accordant icite-et-ilà, dz’abolitions d’impôts.

Dérivaisons[amendaer | modifier le wikicode]

Mais la fête tourne vite en émeute et, durant treis jours, les prisons sont ouvertes et on en pourfite pour piller les cmerches, abîmer les portes des hôtels bourgueis, abolir les meubes et les tout ça qui s’trouve yens, piller les dmeures des notabes et les logis des rikes officiers du Rei. La dmeure à l’anchien maire est suvaudrèye, les émeutiers s’en prennent itou ès moènes ed Saint-Ouen, au chapite ed la cathédrale et pis ès Juifs. Les fourkes patibulaires, c’est-à-saver l’gibet éyou les moènes ed Saint-Ouen – il aveient l’dreit d’toute justice sû la vile – faiseient pende les condamnés.

Les notabes ont pûr et il assaient d’bricoler eune milice armèye. Les meins téméraires s’erfugient dans les covents d’la vile, cô épargnés pâ lz’émeutes. À seir du tiers jour d’émeute, la révolte qu’éteit d’abord conte les impôts prend tout-à-cop eune tournure pus sociale et s’mue en cache au rike et on rmet en cause les tites féodaux. El nom « harelle » apparaît alors, vnant d’haro, la clameur conte eune personne qui nos a causé du tort dans l’dreit normand.

La bourgueisie rouenneise, qu’aveit tout à perde aveuc l’rétablîment des impôts comme aveuc la haïantise des émeutiers, assaie d’obtenir el respect pâ l’autoritèye réyale ed la Charte à Louis qu’on rsort du trésor ed la cathédrale. On dmande au pourcureux du Rei d’la jurer solennellement et d’manière publique. La concorde semble ertrouvèye entre les rprésentants du Rei et pis les notables ed la vile. Comme les Rouenneis aveient pûr ed la colère du Rei, il envyîtent des députations auprés d’li pour dmander sen pardon et la cofirmation d’la Charte. C’est qu’il aveient pûr qu’el Rei s’démente d’abolir la Charte, en vigueur edpis seulement 60 ans, poû les peunir. Mais l’Rei n’eut pas brin l’temps d’s’occuper d’eçte cose-là rapport qu’eune révolte semblabe vneit d’cmencher à Paris, la celle ès Maillotins. El Rei, qu’aveit pémeins rassemblé eune armèye pour aller peunir Rouen, deit fer démi-tour et rentrer sur Paris. I n’répondra qu’eune cose ès députations rouenneises vnutes yi dmander sen pardon : « ej viendrai pus tard, et alors ej saurai qui a mangé l’lard », façon d’dire qu’i découvrira tertout.

Sieutes et cosséquences[amendaer | modifier le wikicode]

La Révolte ed la Harelle fut rudement réprimèye pâ l’Rei Carles VI qui fait eune rentrèye triomphale dans la citèye el 29 ed mars 1382. La smaine d’edvant ça, il aveit fait arter les mneux d’l’émeute et en aveit fait décapiter six. Les Rouenneis veient à-cop qu’el Rei n’veut pas brin fer eune visite ed courteisie mais putôt rappoéïer sn’autoritèye réyale qu’aveit ‘té calengèye.

La commeune ed Rouen est abolite, al éteit régie par eun patriarcat d’marcands ; eune nouvelle meunicipalitèye est mise en plache edsous l’autoritèye à eun bailli réyal. I fit itou abolir eune vieuille tour éyou qu’queuques annèyes pus tard Jehan de Bayeux fait bâtir el beffrei du Gros-Horloge. Les clokes au beffrei d’l’Hôtel ed Vile qu’aveient sonné l’tocsin sont déscendutes, lz’impôts rahaussés et la vile deit païer eune lourde amende, ça qui pourvoque la fuite ed gros d’habitants (ça alourdit adon cô l’poéds d’la fiscalitèye poû les ceux qui restent). Itou, les privilèges des Rouenneis sont abolis sû la Basse-Seine, çu qui va pourfiter ès Parisiens.

C’est à la jornèye ed Pâques 1382 qu’Carles VI accorde sen pardon à eune population éberluèye par tant d’sévéritèye. Même pas queuques meis pus tard, el 1er d’août ed la même annèye, des nouvelles cotestations et récriances ès pourduisent à la halle aux draps alors eq les collecteux d’impôts arrivent ilà. Mais çte feis-cite, les notabes èn laissent pas eune nouvelle Harelle cmencher, eux qui n’savent mais qu’trop bien la coûtance ed ces émeutes.

Bibliographie[amendaer | modifier le wikicode]

  • Léon Mirot, Les insurrections urbaines au début du règne de Charles VI (1380-1383) : leurs causes, leurs conséquences, Paris, Fontemoing, 1905 ; Slatkine-Megariotis Reprints, 1974
  • Michel Mollat, Philippe Wolf, Ongles bleus, Jacques et Ciompi - Les révolutions populaires en Europe aux XIVe et XVe siècles, Paris, Calmann-Lévy, 1970 (Réédition dans la collection Champs, Flammarion, 1993).
    Blason Rouen 76.svg   Culture & patrimouène ed Rouen
Histouère

Rotomagos • La Rouen gallo-romaine • Rouen à la Méyane Âge • Rouen à la Rnaissance • Guerre ed Chent Ans en Normandie (Siège ed Rouen en 1418 • Révolte ed la Harelle • Jeanne d'Arc) • Live des Fontaines • Guerres d'erligion (Siège ed Rouen en 1562 • Siège ed Rouen en 1591) • Révolution franceise à Rouen • Révolution industrielle à Rouen • Prémière Guerre Mondiale à Rouen • Sgonde Guerre Mondiale à Rouen (Grand feu d'juin 1940 • Occupation à Rouen • Bombardements d'Rouen • Libération d'Rouen) • Ercostruction d'Rouen • Armada d'Rouen

Moneuments et lieux d'intérêt

Cathédrale Note-Dame ed Rouen (Crypte ed la cathédrale • Flèke à la cathédrale • Archevêkè d'Rouen) • Abbatiale Saint-Ouen • Église Saint-Maclou • Église Saint-Patrice • Église Saint-Godard • Église Saint-Laurent • Hôtel ed Bourgtheroulde • Plache ed la Puchelle • Plache du Vieux-Marchi • Halle às Teiles • Fierte Saint-Romain • Plache ed la Haute-Vieuille-Tour • Plache ed la Basse-Vieuille-Tour • Plache ed la Calende • Hôtel ed vile ed Rouen • Gros-Horloge • Câtel ed Rouen • Historial Jeanne d'Arc • Abbaye Saint-Amand • Plache Saint-Amand

Patrimouène pas-matériel

Parlage rouenneis • Centre-vile ed Rouen • Culture ed la draperie à Rouen • Feŷte Saint-Romain à Rouen • Feire Saint-Romain

Cuisène

Pieds d'agniau à la rouenneise • Canard oû sang • Mirlitons d'Rouen • Bière rouenneise • Cide rouenneis • Chuke ed pomme • Sauche rouenneise