Beire

De Wikipedia
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Chût article fut coumenchié en normand bel-écrit Inkwell icon - Noun Project 2512.svg
Un broc de beire et, d'aras, un verre plein de la même beichon, d'aveuc des poumes derrière dans eune cave normande.
Du gros beire d'aveuc dans un verre et des poumes en-dessous.

Le beire, itout appelé beichon, cidre ouben chidre, est eune beichon alcoolisée qui titre le pus souvent entre 2 % et 8 %. Chûte beichon est obtenue d'aveuc du jus de poumes. Nos utilise quieuquefeis l'adjectif cidricole pour qualifier les beichons qui sont faites de la même féchon que le beire coume le peiré (fait d'aveuc des peires) oucor le beire de glache (que nos fait d'aveuc eune technique québéqueise, ch'est eune rechette qui n'a que quieuques années).

La counaissance du beire en Normandie est reide anchienne et ben dénoquie, le beire est coume devenu la beichon typique des Normands, et cho de depis eune trivelaine d'années (des témouégnages en parleient déjà oû XVIe siècle). Nos fait la distinction entre pusieurs types de beire coume le « beire de table » et le « beire bouchié » pour la production industrielle, mais itout entre doux beire et beire brut dans le temps de fermentation, et pis, pour cho qu'est de la quantité d'iau qu'il faut mettre yens, entre le beire à quatre quevaux (d'aveuc gros d'iau yens pour le coper), du beire mitoyen (d'aveuc meitié d'iau yens), du beire baptisié (d'aveuc un miot d'iau yens) et le gros beire itout appelé « pur-jus », ch'est-à-saveir coume sen nom l'endite le pur jus sans iau rajoûtèye yens.

Nos fait du beire d'excès en France (en Normandie, en Bretagne et dans le Pays basque), nos en fait itout dans d'autres pays qui ont des poumiers : Angleterre, Allemâne, Bas Pays, Espâne, Italie.

Histouère du beire[amendaer | modifier le wikicode]

Féchounage[amendaer | modifier le wikicode]

Les poumes à beire[amendaer | modifier le wikicode]



Cueillaison[amendaer | modifier le wikicode]

Familes de beire[amendaer | modifier le wikicode]

Production[amendaer | modifier le wikicode]

Normandie[amendaer | modifier le wikicode]

France[amendaer | modifier le wikicode]

Québec[amendaer | modifier le wikicode]

Allemâne[amendaer | modifier le wikicode]

Angleterre[amendaer | modifier le wikicode]

Espâne[amendaer | modifier le wikicode]

États-Eunis[amendaer | modifier le wikicode]

Irlande[amendaer | modifier le wikicode]

Italie[amendaer | modifier le wikicode]

Usage[amendaer | modifier le wikicode]

Distillage[amendaer | modifier le wikicode]

Le beire dans la cusène[amendaer | modifier le wikicode]

Fêtes entour le beire[amendaer | modifier le wikicode]

Fêtes traditiounelles[amendaer | modifier le wikicode]

Fêtes en Normandie[amendaer | modifier le wikicode]

Fêtes ailleurs[amendaer | modifier le wikicode]

Le beire dans la culteure[amendaer | modifier le wikicode]

Le beire dans les belles lettres[amendaer | modifier le wikicode]

Le beire par Oliver Basselin[amendaer | modifier le wikicode]



De nous se rit le François
Mais vrayement, quoi qu’il en die,
Le sildre de Normandie
Vault bien son vin quelquefois.
Coulle à val, et loge, loge !
Il faict grand bien à la gorge.

Ta bonté, ô sildre beau,
De te boire me convie ;
Mais, pour le moins, je te prie,
Ne me trouble le cerveau.
Coulle à val, et loge, loge !
Il faict grand bien à la gorge.

— Olivier Basselin

Ode sur le cidre par Jean Duhamel[amendaer | modifier le wikicode]






L'preinseu à Hamptonne en Jèrri

La faîs'sie d'cidre[amendaer | modifier le wikicode]

Quand i pile tcheu li, ch’est jou de fête ! Les gens de sa famile, ses couosins, quiques amins sount invitaés pouor aindyi à pilaer, d’aveu leus criyatures. Sa bourgeoise est otchuppaée dès pétron-jaquet jusqu’à médi, à préparaer le fricot. Ch’est paé qu’y ait biâocoup d’ouovrage à faire : ryin qu’ieune petite barrique à pilaer dauns la matinaée. Coume le dit en ritounaunt ieun de ses couosins, « cha vyinra que no pilera chaqueun sa poume! » Mais touot le monde est reide countent. I fâot commenchi par ébllâqui les poumes d’aveu le moulan, (âotefeis, i fallait touornaer la méconnique à bras, achteu, no-z-enhanne byin mens, ya eun moteur électrique) et ampraès, no mounte le mar, byin coume i fâot, su l’émai ; i fâot l’assyire dauns la carre d’aveu la régle en boués, eun habllet, pairaer le gllu où le ros ente les lyits, et surtouot prenre sen temps. No hale paé sus le mar oûssitôt, no met paé les boués dessus mais que ch’est finin. Ah, nennin, no-z-attend eun miot. Le beire deit merqui et n’en séra qué byin milleu ; oû lendeman, eune feis le mâr byin assis, il est temps de juqui sus le hâot les boués, les plaunches en prémyi à l’entou de la vis, pis les blloquets et le mouton dreit en dessous du haîtyi promais qué de dounaer eune bouone volaée en halaunt sus la barre. Ch’est eun pllaisi qué de guetti le beire tumbaer dreit du bérot dauns la tchue et, ampraès, de l’empotaer dauns le touné, perqui sus ses gauntyis, à la carre du chelyi. Eune feis halé byin du, le mâr est bouon à retailli d’aveu le couté à princeus. Vos savaez byin, le beire deit yête eun miot amertumaé, dreit en goût, tende, vi, paé trop liqueurous. I fâot surtouot paé qu’i laisse eun mâovais goût de fêtu, ou que cha seit de la pisse de cat ! Ch’est pouorqui qu’i fâot mélaungi pusurs espèches de poumes. Je vous câotioune que, tcheu li, no beit du bouon beire !

Eune feis l’ouovrage aquevaée, il est graund temps de haler eune crôte. No quemenche par beire eune moque ; en mouogeaunt sen petit piquet, assis sus la bauncelle, chaqueun prêche du bouon vuus temps, quand no- z-était janne ; byin des euns allaient à la cache l’hivé, oû bouolo, par les seiraées reide freides, happaer des mêles, juquis sus les braunques, en les égaluaunt d’aveu la lampe-tempête. Eune feis tchuuts à l’étouffaée, y avait-i de quei de milleu à mouogi ?

A l’heure de se racachi tcheu sei, no s’en reva paé les mans veudes ; eun graund pannyi de poumes à couté vous attend. Là itou, men amin s’y counaît. De la bouone poume à migot que no peut gardaer touot l’hivé, des couops jusqu’au meis de Mâr .

No profite, coume cha, d’eune belle jouornaée de Novembe, dauns noute joulie contraée du Cotentin, en prêchaunt ente bouons amins, touot en bevaunt quiques moques et, pouor finin, eun lerme de vuule goutte...

Eun texte inédit d'Alphonse Allain : Eune jouornaée de pilage[amendaer | modifier le wikicode]

(Alphonse Allain est eun auteur du Cotentin reide couneu dauns le trîge de Tchidbouo. Il a écrit chinq ouvrâges. Il est itou l'âoteus de la Coumédie meusicale Les Ouées de Pirou éditaée par Magène.)

Lé tou d'preinseu à Morel Farm en Jèrri
Le prinseu, ch’est eune mannyire d’âoge rounde creusaée dauns le granî dauns qui que no met les poumes à écraboui. Oû mitan, cha fait coume eun pyénître dreit oû milleu dé deqùi est pllauntaé coume eun âbre, eun pâoteau dé déeus métes dé ĥâot.
« Jean-Batisse men graund-pé aveit décidaé, en ch’tu jouornaée de nouvembe, de pilaer sen touniâo de beire.
« I s’était déjuqùi à la crique du jouo, aveit allumaé le féeu dauns la queminaée et mins la souope à la graisse à récâoffaer dauns eun p’tit câodroun aĥoqùi à la crémillie. I mint itou le tâopin de cafaé à câoffaer sus le bouord dé l’âtre. Ampraès cha, dauns ches déeus chabots de boués, i sourtit dauns la couor, cllenchit la pouorte de l’établle es vaques. Arrivaé ilo, i poussit eun ébrai de féchoun a déjuqùi Léioun sen p’tit valet. Ch’est dauns la carre du fenin, dreit oû-d’ssus des vaques, qu’était agencie la chaumbe de Léioun. Lé p’tit valet était eun quenâle nertouin d’eune qùinzanne d’annaées qùé Jean-Batisse aveit louaé à la louorie des Pûs pouor l’aindyi sus sa faisaunche-valei. Ensueute dé cha, i s’en feut trachi dauns le cllos derryire l’établle, Pilote eun graos queva perch’choun et l’attaqùit souos la qùertrie d’aveu eun bouon picotin d’aveine. I panagit sen queva, li prêchaunt à l’oyère !
« – Mouoju men graos, preinds des forches pac’que, annyi y a graos d’ouovrage qui t’atteind, la jouornaée va y-ête louongue, j’allouns pilaer noute touné de beire ! Mouoju men bouonhoume !
« Les houmes itou ount déjûnaé.
« Touos l’s auns ch’est la même auntienne, Jean-Batisse s’enteind dyire :- Ch’est byin de l’ouovrage ! Ma fei d’ Du, l’annaée tchi vyint, je prenrai (la presse) en eune démin jouornaée jé s’souns tchite, a l’éga d’ouovragi eune sémanne oûtou du prinseu !
« Veire, ch’est seu que ch’est mens ouvrageus ! Mais cha ne vâot paé le beire qu’ount tréjous fait noûs gens, parai !
« Déhors, Pilote qu’a sen attelage sus le dâos capuche l’aire en pyirres dé sen chabot !
« Le prinseu, ch’est eune mannyire d’âoge rounde creusaée dauns le granî dauns qùi que no met les poumes à écraboui. Oû mitan, cha fait coume eun pyénître dreit oû milleu dé deqùi est pllauntaé coume eun âbre, eun pâoteau dé déeus métes dé ĥâot.
« Ch’est sus ch’tu pyénître, alentou du pâoteau, qué sount les souéssauntes dyis bouessiâos de poumes qui fâot pilaer pouor remplli le touné de syis chents pâots qu’est cauntaé dauns le chelyi. La gouole du queva est attaqùie par eun vâtoun à ch’tu pâoteau dréchi oû milleu de la couoronne dé granî et l’obllige a tréjouos touornaer en round, sauns travêqùi !
« Pilote est attelaé és louordes pyirres roundes (les meules) qui vount écraboui les poumes dauns l’âoge.
« Jean-Batisse doune eun drényi couop d’u à l’attelaée et doune eun miot de voué pouor encouragi lé queva qu’ardréche la taête. Les déeus reues quémenchent à s’enroutaer en grinchaunt, o vount ébllaqui les poumes dount Léioun a remplli l’âoge à graundes pelletaées !
« Les poumes jutouoses, écrabouies, fount des écllincheures sus les bouords dé l’âoge !
« O pronnent eune couleu doraée qué no creirait du mié !
« Eune oudeu de poumes mueûres rempllit le prinseu !
« Derryire la déeuzîme reue, eun p’tit raté grille sus les bouords dé l’âoge et ramasse lé mâr qué le peids des meules a écllinchi sus les fllauns dé granî.
« Pilote a prins la bouone cadenche, le brit de ses chabots résoune sus les vuules pyirres.
« Léioun est pllauntaé jusqu’oûs genours oû mitan du tas de poumes. Entr’ déeus de remplli l’âoge, i qùétille lé queva de la voué et du fouet !
« Deja Jean-Louis s’otchupe du mâr. I le preind à graundes pelletaées dauns l’âoge, et l’évalingue sus le mitan de l’émai.
« Fâot byin butaer lé queva de teimps en teimps pouor qui résupe sen vent, et pis fâot dégagi à fait l’âoge des poumes écrasaées.
« Jean-Louis, juqùi sus le pllaunchi de l’émai, tasse, éqùerde, évâopille les couoches dé mâr.
« Graund’mé Marie-Louise s’est déjuqùie de bouonne heure pouor les aindyi. Ch’est lyi qui doune les brachies de gllu à s'n houme, pouor les étalaer entre les couoches dé mâr. Si o ni m’ttait paé la man, "le beire né s’sait paé bouon" qu’o dit !
« Couoches ampraés couoches, Jean-Batisse pôse eun lyit dé gllu.
« Pis no z-enteind dé nouvé les louordes meules qui grinchent dauns lus âonyires dé granî, le brit des poumes ébllaquies. Et le mâr mounte en couoches régùulyires oûtou de la graosse vis dé serrage en boués.
« À la chinquîme couoche, lé jus quemenche à purotaer és bouots des fêtus. I tumbe gouotte à gouotte et russèle sus le pllaunchi du prinseu. Byintôt, no l’enteind coulaer par le bérot de l’émai dauns la tchue en qùêne qu’est gencie d’aras l’émai.
« À l’heure de la colatioun, sus le couop de dyis heures, syis couoches dé mâr sount étagies sus l’émai .
« Ampraés la pôse, Pilote, sauns faiblli, arquémenche à tournaer en round dauns le brit familyi des meules. Le beire couole achteu régùulyirement dauns la tchue et, à la ounzîme couoche, no se bute pouor beire eun couop … !
« I va yête médi.
« La dernyire couoche dé mâr est tassaée, byin éqùarrie. Y a pus mais qu’a pôsaer les pllaunches sus le ĥâot du tas et, en travers de ches pllaunches, de louords morciâos de boués. Pouor finin le (moutoun) est pôsaé, i va pesaer sus l’ensemblle, oû-fû-et-à m’sû du serrage. Le serrage qùi va se faire oû moien d’eune couoronne à cllavettes que no fait marchi d’aveu eune louongue barre de . (Ch’est la louongue étreinte) Prémi que no féche bouogi ch’tu barre de fé, la courouone s’abaisse d’aveu eun dous brit, o d’scend en tournaunt douochement oû louong de la vis en boués. Les couoches dé mâr pinchies sé tassent, lîssaunt dépuraer le jus partouot alentou de l’émai !
« La tchue se rempllit padaunt qu’eune brôe bllaunche mounte d’aveu le beire. Mais attâtioun, la tchue va y-ête pllenne, o va débordaer, il est graund l’heure dé qùerrier le beire dauns le touné. Le pus graos de la corvaée est fait, ch’est l’heure dé mouogi, il est eune heure d’arlevaée achteu . . .
« Les jouors d’ampraés, i z-ount ĥalaé sus la barre jusqu'à qùé le mâr seit byin sé. Pis i l’ount retailli, et mins à trempaer eune nyit dauns vingt pâots d’iâo. Ampraés l’aveî arcouchi sus l’émai, il a étaé serraé enco jusqu’à pis pus.
« À matin, eune sémanne ampraés, i l’ount dounaé à mouogi es âomales qu’en raffolent, dauns le bouord du cllos.»

Lé cidre en Jèrri[amendaer | modifier le wikicode]

Chutte section fut c'menchie en Jèrriais Jèrriais
Du cidre d'souos l'amet à La Faîs'sie d'Cidre 2006

Jusqu'au mitan du vîngtchième siècl'ye lé cidre fut iun des pus împortants produits d'l'agritchultuthe en Jèrri, mais la tchultivâtion d'pommièrs fut rempliaichie par la patate Rouoyale. La faîs'sie d'cidre avait quâsiment dispathu par 1987 quand l'grand vent dé ch't' année pitchit bas bein des bouais - un plian fut lanchi par la Sociêté Jèrriaise et l's Êtats d'Jèrri à seule fîn d'prêsèrver les vâriêtés d'poummes tchi restaient. Un gardîn d'vièrs pommièrs fut plianté à la fèrme des Êtats à La Trinneté et, auve lé gardîn d'Hamptonne, v'là tch'èrêmôtchit un întéthêt dans l'cidre.

Y'a d'la production conmèrciale, et la fête app'lée La Faîs'sie d'cidre attrioquent des fliotchets d'vîsiteurs à Hamptonne châque S'tembre.

Viyiz étou[amendaer | modifier le wikicode]